Derniers sujets

Colloque MOMENTS 40 et programme Novembre 2010 du CERCIL

Aller en bas

Colloque MOMENTS 40 et programme Novembre 2010 du CERCIL Empty Colloque MOMENTS 40 et programme Novembre 2010 du CERCIL

Message par Fab le Ven 5 Nov - 23:12

Jeudi 18 et Vendredi 19 novembre 2010 à l’Université d’Orléans

Colloque MOMENTS 40 et programme Novembre 2010 du CERCIL 1940p

le colloque « Le Moment 1940, effondrement national et réalités locales »


L’année 1940 est bien connue. Nous savons que la guerre se termine par une débâcle et que le vote du 10 juillet conduit au régime de Vichy.
C’est la mort de la République. L’histoire bascule. Les décisions orientent durablement l’avenir, l’armistice, le choix de la collaboration ou encore le statut des Juifs.
C’est le commencement de Vichy. C’est le commencement de la Résistance.

Le colloque privilégie donc les moments où l’histoire bascule, les décisions qui orientent l’avenir, à l’insu parfois de leurs auteurs.
Comme les autres départements, mais plus encore, le Loiret est le lieu de règlements de comptes politiques et d’improvisations administratives qui dessinent peu à peu le visage concret du nouveau régime.

Mais le Loiret est plus que tout autre traversé par les routes de l’exode et frappé par les bombes ; de plus, proche de Paris, il ressent plus rapidement les orientations de l’occupant. C’est donc un exemple qui mérite une attention particulière. Notamment avec l’arrivée d’un nouveau préfet qui aura à mettre en place puis à gérer les camps de Beaune-la-Rolande, Pithiviers et Jargeau.

Le programme complet est consultable sur le site du Cercil
www.cercil.fr


Le jeudi 18 novembre 2010 à 19h dans le hall du Conseil régional du Centre,
9 rue Saint-Pierre Lentin à Orléans,

Dans le cadre du colloque, vernissage de l’exposition

Dessins d’Exode

Colloque MOMENTS 40 et programme Novembre 2010 du CERCIL Dessinexode

Cette exposition présente une étonnante série de beaux et parfois très beaux dessins, où des adolescentes, du cours complémentaire de la rue de Patay dans le 13e arrondissement à Paris, nous livrent leur représentation spontanée, immédiate, ou presque, des événements majeurs de la période.
Ils sont un témoignage irremplaçable et profondément émouvant.


Le jeudi 18 novembre, à 20h30 au Muséum d’Orléans, rue Marcel Proust.

Toujours dans le cadre du colloque, mais également dans le cadre du mois du film documentaire, projection du film :

Les régiments ficelles. Des héros dans la tourmente de 1940
en présence du réalisateur Robert Mugnerot.

Ce film, sorti en 2010, retrace l’épopée de trois régiments de combattants volontaires étrangers. Ces unités combattantes sont constituées de jeunes gens venant du monde entier dont un tiers de Juifs souvent d’Europe de l’Est et un autre tiers de Républicains espagnols.

Colloque MOMENTS 40 et programme Novembre 2010 du CERCIL Herosdslatourmente


En journée, intervention de François Szulman et d’Emile Jaraud de l’Union des Engagés Volontaires et Anciens Combattants Juifs, auprès des élèves du lycée Maréchal Leclerc de Hautelocque à St Jean de la Ruelle (Loiret).


Le jeudi 25 novembre à 18h à la cafétéria de la Médiathèque d’Orléans

Autour du colloque, le réseau des Cafés historiques en Région Centre, une conférence d’Armelle Mabon (Université de Bretagne Sud)

Prisonniers de guerre « indigènes »,Visages oubliés de la France occupée


Après la débâcle de juin 1940, les combattants de l’armée française sont faits prisonniers. Tandis que les métropolitains partent pour l’Allemagne, les prisonniers coloniaux et nord-africains prennent le chemin des frontstalags répartis dans la France occupée. En avril 1941, près de 70 000 hommes sont internés dans vingt-deux frontstalags.
Ces prisonniers nouent des contacts singuliers tant avec l’occupant qu’avec la population locale qui les réconforte, voire les aide à gagner les maquis ou la zone Sud.
Lorsqu’en janvier 1943 le gouvernement de Vichy accepte de remplacer les sentinelles allemandes par des cadres français, ils se sentent trahis.

Colloque MOMENTS 40 et programme Novembre 2010 du CERCIL Prisonniersdeguerre



À l’occasion de l’exposition Felix Nussbaum,

Le mercredi 17 novembre 2010 à 20 h, au Musée d'art et d'histoire du Judaïsme :

Lettres à Chana -Camp de Pithiviers - 16 mai 1941- 24 juin 1942 -d’Isaac Schoenberg
lues par Robin Renucci

Colloque MOMENTS 40 et programme Novembre 2010 du CERCIL Schoenberg

« Je suis convaincu qu'on ne va pas garder au camp des gens auxquels rien de malhonnête n'est à reprocher »...
Isaac Schoenberg, qui écrit ces lignes au camp de Pithiviers, en juillet 1941 a été arrêté à Paris, en même temps que 3 700 Juifs étrangers, en vertu de la loi de Vichy du 4 octobre 1940 qui donne aux préfets le pouvoir arbitraire d'interner les Juifs étrangers dans des camps spéciaux. Comment ce jeune peintre de 34 ans, passionné de musique, qui écrit à la femme qu'il aime, aurait-il pu croire que tout avenir lui était désormais interdit ?

Interné au camp de Pithiviers, du 14 mai 1941 au 25 juin 1942, il a écrit, chaque jour ou presque, à Chana Zylbermann. 141 de ces lettres ont été conservées : quelques lettres « légales » écrites en français, la plupart en yiddish, sorties clandestinement. Le 25 juin 1942, il est déporté à Auschwitz. Il survit cinq semaines.

Réservation indispensable auprès du Mahj.


Le Cercil en association avec le Mahj propose deux temps de visite de l’exposition
Félix Nussbaum

Pour les adhérents et les amis du Cercil :
Le dimanche 12 décembre de 11 h à 12 h 30
Tarif pour les adhérents du Cercil : 2,5 €
Tarif pour les amis du Cercil : 5 €
Inscription indispensable auprès du Cercil

Pour les enseignants de l’académie Orléans-Tours.
Le mercredi 15 décembre de 11 h à 12 h 30
Les frais pédagogiques sont pris en charge par le Cercil.
Renseignement Cercil, inscription obligatoire auprès de Mireille Fromentaud, au rectorat
daac@ac-orleans-tours.fr

Colloque MOMENTS 40 et programme Novembre 2010 du CERCIL Nussbaum

Félix Nussbaum, peintre allemand né en 1904, prend le chemin de l’exil à partir de 1933. Il incarne de façon saisissante le parcours d’un artiste que sa condition de juif persécuté ne laissera pas en repos. Pourchassé, il parcourt l’Italie, la Suisse, la Belgique, il sera interné en France, au camp de Saint-Cyprien puis déporté en juin 1944 à Auschwitz.
A partir de 1941, la guerre et la persécution dominent l’œuvre de Nussbaum, ainsi que la peur et le désespoir qu’elles engendrent. Deux mois avant sa déportation, il peint encore, l’effondrement général du monde et sa propre fin.
Cette visite proposera de réfléchir à la manière dont une œuvre artistique peut être utilisée comme moyen de transmettre l’histoire.
Cette exposition est présentée du 22 septembre 2010 au 23 janvier 2011.


Enfin, nous vous signalons la diffusion de deux films auxquels a participé l’équipe du Cercil :

Le lundi 15 novembre à 20h35 sur France 3,

"Pétain, un héros si populaire"

Ce documentaire inédit de 90 minutes, constitué d’images d’archives. Un film écrit et réalisé par Serge de Sampigny.
Le 24 octobre 1940, Philippe Pétain rencontrait Adolf Hitler à Montoire et entraînait les Français dans la collaboration avec les Nazis. Une page de l’histoire de France, écrite par un homme que beaucoup considéraient alors comme un héros : le vainqueur de Verdun. Au début de la Première Guerre mondiale, Pétain, alors colonel, était sur le point de partir à la retraite. C’est à Verdun qu’il se révèle. Comment est née sa légende ? Pourquoi a-t-il choisi de balayer la République pour instaurer un nouveau régime dont il était le chef absolu ? Quelle est sa responsabilité dans la Shoah ?



Les 2 et 9 décembre 2010 à 20h40 sur la chaîne Planète,

« Chroniques de la Mondaine »

4 épisodes de 52 minutes réalisés par Laurent Portes.
Chroniques de la Mondaine est une série proposant l'histoire illustrée de la police des mœurs. Du moyen-âge aux années 40, la série raconte par tranche historique, le fonctionnement et les histoires d'une brigade d'information, de renseignement, de fichage…
Ce documentaire aborde aussi l’internement des prostituées dans le camp de Jargeau entre 1941 et 1944. Ces femmes ne pouvaient recouvrer la liberté qu’en se mariant ou en trouvant un emploi - deux conditions évidemment quasiment impossibles à remplir depuis le camp - ou en acceptant de s’engager au service des Allemands, dans des bordels nazis.
Au moins 45 de ces femmes ont été « libérées » pour aller « travailler » en Allemagne. Les dernières sont libérées en novembre 1944.


Pour toutes ces manifestations, renseignements et réservations auprès du Cercil : 02 38 42 03 91 ou cercil@wanadoo.fr
Fab
Fab
Admin

Messages : 1296
Points : 2752
Date d'inscription : 25/08/2010

https://loiret3945.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum