La date/heure actuelle est Lun 23 Avr - 8:15

Voir le profil : PHL37

Messages 1 à 1 sur 1

  1. Mer 31 Jan - 3:15
    Message par PHL37 - Langeais 1
    Je vais vous parler de l’histoire d’une petite ville de Touraine dans le cadre du « dernier » conflit mondial.
    En 1939, Langeais est une petite ville industrielle ligérienne d’environ 2000 habitants.
    Les activités sont variées :
    - Une usine de fabrication de boutons.
    - Une usine de fabrication de charrues.
    - De nombreuses usines de production de briques (11) sont réparties sur le territoire communal.
    - De petites entreprises prospèrent dans l’industrie du bois : construction de baraquements, de machines diverses, de charbon de bois…
    - Activités agricoles principalement la viticulture, céréales…
    13 juin 1937 Inauguration du pont suspendu de Langeais par Monsieur Violette (Ministre d’Etat) et le Dr Camus (Maire). (Maître d’ouvrage Entreprise Baudin de Châteauneuf sur Loire).
    Gardé militairement depuis 1939, miné en mai 1940, la dernière travée (côté La Chapelle aux Naux) explose le 19 juin 1940, le tablier s’effondre au moment où d’autres à Port Boulet, Amboise, Saumur commencent à être défendus la Loire.
    Le service de passage sera assuré successivement par trois bacs puis une passerelle.
    Le pont sera reconstruit durant l’année 1950. (Ancien fascicule des « Amoureux du vieux Langeais)

    Langeais et des communes voisines ont accueilli dans des propriétés des éléments du gouvernement.
    Dans les propriétés de
    « Château de La Chataigneraie » Services du Ministère des affaires étrangères
    « Château de Chemilly » (entre Cinq Mars la Pile et Langeais) Résidence du sous secrétaire d’Etat Paul Baudouin.
    « Châteaux de Champchevrier et de la Fresnaye ». (à Cléré les Pins) Ambassade d’Angleterre. (Source Robert Vivier).
    « Château de Fleury » route de Tours abritera de nombreux documents de la BIBLIOTHEQUE NATIONALE dont le « TRAITE de VERSAILLES ». Ce dernier document a fait le voyage de Paris à Langeais dans la voiture du Comte Jacques de Brosses propriétaire du Château de Brenne (Langeais). (Source Madame de Surmont sœur que comte J de B)


    Les troupes de la wehrmacht défilent dans Langeais ;

    Centre d’internement de Langeais :
    Ce centre sis rue Rabelais (Les vallées pour les anciens) hébergera dans un ou deux baraquements des personnes « indésirables » de la zone interdite, en majorité des femmes. Ces personnes partaient le matin dans des camions et rentraient le soir, un jour elles ne sont pas rentrées, leur trace fut retrouvée au camp de la Lande à Monts.
    Les locaux furent démontés puis remontés en face de la Mairie. (sources M.Antier, S. Béal)

    La Résistance à Langeais :
    En préambule je tiens à rendre hommage à Addi Bâ, Guinéen, amené en France, à Langeais, par Monsieur Maurice percepteur (ami de tous notamment du Dr Pellet Déporté Résistant, sa marraine de guerre « Gaby » était de Langeais ou des environs). Engagé volontaire il sera prisonnier, il s’évadera et sera responsable d’un maquis dans les Vosges. Il sera fusillé par les allemands.

    Quelques résistants Gabriel (artisan électricien réparateur de postes radio).

    Paul Pichard de Libé Nord propriétaire d’une scierie

    Réseau Rabelais attaché au BOA
    Groupe de Langeais spécialisé dans la réception de parachutages (Rafle du 18 janvier du 44)
    Piednoir Joseph (représentant de la scierie Pichard)
    Frémondière Edmond (Agent d’assurances)
    Papot Valentin (employé)
    Ballon Roger (instituteur directeur de l’école primaire) arreté le 16 janvier1944
    Brisacier Georges (exploitant agricole à Planchoury)
    Renard Fernand (artisan entreprise familiale de construction)
    Antier Roger (exploitant agricole et commerce de vins et limonades)
    Camus Charles (exploitant agricole Langeais)
    Borderioux Maurice (Jardinier)
    Goujon Maurice (agent d’assurance)
    Flais Joseph (mécanicien aux ets Pichard)
    Rousseau Pierre (épicier buraliste)
    Péan Ange (commerçant Beurre Œuf Fromage) le seul ayant pu s’échapper et son épouse Julienne
    Pellet Henry (Médecin)
    Coignard Roger (artisan garagiste)
    Rousseau Pierre (épicier, buraliste, cafetier)
    Plusieurs réfugiés espagnols. (Lesquels seront relâchés)

    Groupe de Rivarennes spécialité dans la réception de parachutages et d’opérations pickup

    Le réseau Cohors –Asturies avec peu de membres était lui spécialisé dans la quête de renseignements
    Groupe de Langeais (Rafle du 6 mars du 44)
    Martin Joseph (chef de gare de Langeais)
    Hébras Jean (ancien de la grande guerre, ancien gendarme, commis principal de perception Langeais)
    Cresson Alexis (exploitant agricole Clémortiers Langeais)
    Daniau André (couvreur, charbonnier Langeais)
    Caron Robert (Saint Etienne de Chigny)
    Goujon Suzanne (épouse de Maurice en relation avec le groupe du BOA)

    Groupe d’azay le Rideau

    Autres
    Jules Georges (grainetier représentant de commerce Langeais Décédé sous la torture à la gestapo de Tours).
    Carvallo Edouard (un des propriétaires du château de Villandry, responsable au minimum des groupes de Langeais et d’Azay le rideau)
    de Buigne Francis (Saint Michel sur Loire)

    Le réseau Andromède dont la mission était le renseignement et l’accueil des réfractaires au STO.
    La mission confiée à Mr Wermelinger était contrôlée par l’agence TODT et se déroulait dans les bois de la Chataigneraie plus précisément au moulin de La Houssaye dans la vallée de la Roumer, elle consistait à la production de charbon de bois pour l’Allemagne il accueille ainsi plus de deux cents réfractaires pour faire le travail de vingt ! Londres était prévenu du départ des trains de charbon grâce à un émetteur dont l’antenne était fixée sur un grand chêne. (Sources Dr Jack Vivier bulletin de la société archéologique de Touraine et M.Hébert A)

    Réseau Vengeance

    L’Abbé Péan est également affilié aux réseaux Libération-Nord, Marie-Claire, Marie-Odile et au groupe Jade-Amicol de l'État-major interallié.
    Il a pratiqué la résistance sous toutes ses formes : évasion de prisonniers, passages clandestins de la ligne de démarcation, service de renseignements, hébergement d’agents secrets, rapatriement d’aviateurs alliés, fabrication de fausses cartes, camouflage des réfractaires du STO, parachutages, …etc…
    Arrêté au sortir de son service dominical il est torturé puis remis à la gestapo qui terminera l’œuvre entreprise il est inhumé anonymement par ces derniers le 28 Février 1944..
    (Source AJPN Jean Gilles Dutardre) .
    Il était en relation avec de nombreux coiffeurs dont Monsieur Moncelet de Langeais lequel coiffait des résistants … (Source Dr Jack Vivier)

    Maquis FFI

    En aout 1944 il y avait environ 120 FFI dans la forêt de Langeais – les Essarts ; ils ont participé activement à la libération de Langeais avec le concours des groupes de Bourgueil et Château la Vallières. (Source Général de Nanteuil)

    A suivre…
PHL37

Amis de PHL37
 
PHL37 n'a pas encore d'amis