Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée


Destinée tragique de deux jeunes résistants de BEAUNE LA ROLANDE, le 14 août 1944

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Destinée tragique de deux jeunes résistants de BEAUNE LA ROLANDE, le 14 août 1944

Message par Fab le Jeu 15 Aoû - 20:17

Article paru le 13/08/13 dans la République du Centre

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Érigée à Ingrannes sur les lieux du drame, une stèle commémore ce fait de Résistance peu connu des habitants de la région. - Larrivière Marie-Christine

Le 15 août 1944, la stupéfaction écrase le petit village de Beaune-la-Rolande qui vient de perdre deux de ses enfants. Marius Braconne, 22 ans, et Roger Barnault, 24 ans, tous deux jeunes Résistants FFI, sont tombés la veille en forêt d'Orléans sous les balles de l'Occupant.

Érigée à Ingrannes sur les lieux du drame, une stèle commémore ce fait de résistance peu connu des habitants de la région.

Jean Richard, président des Amis de l'histoire de Beaune, en rappelle les circonstances. En 1944, un groupe de résistants FFI très actifs 'uvre sous les ordres de Pierre Charié pour faire entrave à l'Occupant sur le secteur de Beaune-la-Rolande. On y rencontre Georges Bertran (industriel), René Saunal (directeur de la Poste) et son épouse, Georges Fassier et Rondags (garagistes), Roger Perret (gérant du Café des Sports), Georges Perret (boucher), Maurice Gouillon (charcutier), le gendarme Palot, Lucien Leterme, et bien d'autres, qui participent à des réceptions de parachutages, des actions de sabotage et servent d'agents de liaison entres les secteurs.

Recrutés pour soutenir le groupe
Au début du mois d'août, de jeunes Résistants volontaires sont recrutés pour soutenir le groupe. C'est ainsi que Marius Braconne, Roger Barnault, Robert Desforges, Lucien Ducloux, René Levrier et quelques autres intègrent la formation FFI de Beaune-la-Rolande sous l'impulsion de Georges Fassier. Et bien sûr, chacun sait où il doit rejoindre le groupe quand l'ordre de ralliement - un petit bout de papier, sans date ni signe distinctif, où est simplement inscrit : « Ce jour même, action » - est donné.

C'est un papier de ce type que reçoit Georges Fassier le dimanche 13 août. Il doit rejoindre le capitaine Giry et l'abbé Thomas à la Grange Thivet, près du carrefour de « La Femme morte ». Subitement, la mission est annulée et reportée au jour suivant.

Le lendemain, lundi 14 août, Fassier décide d'organiser une expédition avec plusieurs de ses camarades. Il regroupe Marius et Robert Braconne, Barnault, Leterme, Desforges, Ducloux et Lévrier, et les huit hommes se repartissent en deux voitures. Georges Fassier conduit la première, une 402, tandis que Marius Braconne prend le volant du second véhicule, une traction avant, avec à ses côtés Roger Barnault. Si chacun est conscient des risques de l'expédition, tous cependant sont bien décidés à effectuer la mission.

Un groupe fortement armé en embuscade
Les deux voitures circulent prudemment en forêt puis arrivent sur la route qui relie Sully-la-Chapelle à La Cour-Dieu. Le véhicule conduit par Georges Fassier est toujours en tête, le carrefour de « La Femme morte » et le lieu de rendez-vous ne sont plus très loin. Pourtant, le groupe de tête hésite : est-il sur le bon chemin ? Les hommes décident alors de s'arrêter à la maison forestière du Haut des Bruyères pour se renseigner. La maison est située à 500 mètres environ d'une intersection, entre la route qui conduit au village de La Cour-Dieu et le chemin forestier des Bois Thomas. À ce même carrefour, un groupe de soldats allemands fortement armés est en embuscade… Mais qui peut s'en douter ?

Robert Braconne descend de la voiture. À peine s'adresse-t-il au garde forestier que celui-ci lui indique en gesticulant les Allemands embusqués plus loin. Aussitôt, Robert fait signe aux deux voitures de dégager de la route. La première réussit à se mettre rapidement hors de portée, mais pas la seconde. Le bruit sec et sinistre d'une rafale de mitrailleuse lourde déchire le silence de la forêt et les projectiles atteignent en pleine face les deux passagers avant de la traction. Marius Braconne et Roger Barnault sont tués sur le coup.

Les soldats allemands viennent ensuite fouiller les corps des deux malheureux, puis repartent en les laissant sur place et sans tenter de poursuivre le reste du groupe qui avait pu s'échapper.


source : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
Admin du site Loiret 39/45
Passionné d'Histoire Locale et de la Seconde Guerre Mondiale
Adore vivre dans le Loiret

Fab
Admin

Messages : 1162
Points : 2572
Date d'inscription : 25/08/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://loiret3945.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Destinée tragique de deux jeunes résistants de BEAUNE LA ROLANDE, le 14 août 1944

Message par Martin Jean-Pierre le Ven 16 Aoû - 1:56

Merci pour ces informations d'un triste épisode de notre libération, parmi tant d'autres...cheers 

Martin Jean-Pierre

Messages : 96
Points : 126
Date d'inscription : 13/05/2013
Age : 70
Localisation : Vienne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum