Derniers sujets

Trois fois évadé durant la 2nde Guerre Mondiale, le Mandorais est décédé le 5 mai 2012

Aller en bas

Trois fois évadé durant la 2nde Guerre Mondiale, le Mandorais est décédé le 5 mai 2012

Message par Fab le Sam 16 Juin - 19:15

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
René Schilling, chevalier de l’ordre national du Mérite.

Alors qu’était célébré hier l’armistice de la guerre 39-45, retour sur un épisode de la vie de René Schilling, roi de l’évasion durant le conflit.
On ne verra plus la haute stature de l'horloger de la Rue de Salles à l'heure des courses au bourg de Villemandeur. René Schilling, 94 ans, nous a quittés il y a quelques jours. Son histoire est celle d'un prisonnier de guerre, trois fois évadé. Fait chevalier de l'ordre national du mérite et médaillé des évadés, René Schilling fuyait pourtant les honneurs.

Fait prisonnier en 1940, le voilà au stalag où il est affecté à une ferme de Neckarmühlbach. Ils sont deux à s'évader par de longues marches, la nuit, en se guidant d'après les étoiles en direction de la Suisse.

Déporté au sinistre camp
de Rawa-Ruska
Arrêté, il est déporté au sinistre camp de redressement de Rawa-Ruska en Ukraine après un interminable voyage en wagons à bestiaux. Il survit grâce à sa forte constitution et à un moral à toute épreuve.

Ce n'était pas un camp d'extermination, mais ce n'en était parfois pas éloigné. On y punissait les évadés repris avec férocité et les privations étaient atroces. Sa peine accomplie, le voilà de retour dans le stalag de Hammerstein en Pologne. Il s'en évade à nouveau sans en être dissuadé par la perspective de retourner à Rawa-Ruska, avec, cette fois-ci, peu de chances d'en réchapper.

Après plus d'une centaine de kilomètres d'échappée, il atteint la gare de Stettin (maintenant Szczecin) où il espère l'aide de prisonniers français, pleins de respect envers un survivant de Rawa-Ruska. Malheureusement, l'un d'entre eux commet une imprudence mineure, et le voilà repris.

Mais le Reich a besoin de bras pour son industrie de guerre et on préfère utiliser les compétences d'un ancien d'Hutchinson, à Châlette-sur-Loing, dans une usine de caoutchouc de Hambourg.

Les Alliés décident alors de transformer la ville en une sorte d'Hiroshima avec un tapis de bombes incendiaires au phosphore. Il en réchappe et s'évade à nouveau en direction de la Hollande pas trop éloignée. Le voilà repris à nouveau. Mais les autorités ont d'autres priorités que de punir les rebelles. Il sera bientôt libéré.

Un sacré parcours, guidé par un désir de liberté associé à un formidable instinct de survie pour ce natif de Ménilmontant, venu au monde en 1917 d'un père dont les poumons avaient été démolis par les gaz de combat dans les tranchées de 14-18.

C'est la santé du père qui obligea la famille et ses 9 enfants à quitter la ville pour trouver l'air pur de la campagne non loin de Souppes-sur-Loing. Ensuite, c'est l'arrivée à Montargis, avenue Louis-Philippon. L'adolescent trouve au Cercle Lavigerie un cadre d'activités éducatives, à travers le sport (et notamment le basket-ball) qui fortifiera son grand corps. Il entre alors à l'usine Hutchinson de Vésines. Le service militaire à la caserne Gudin fait de lui un opérateur de transmissions en morse.

Après la guerre, il apprend l'horlogerie et effectue des réparations pour plusieurs bijoutiers de la ville. Il épouse Suzanne Paltrié, commerçante et modiste bien connue de la rue Dorée.

Selon son souhait, il sera prochainement inhumé dans l'intimité familiale.

JACQUES BOURGON


source : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
Admin du site Loiret 39/45
Passionné d'Histoire Locale et de la Seconde Guerre Mondiale
Adore vivre dans le Loiret
avatar
Fab
Admin

Messages : 1271
Points : 2721
Date d'inscription : 25/08/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://loiret3945.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum