laisser un message

Agrandir le chat .

La Libération à Châlette Sur Loing et aux environs de Montargis - 1944

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La Libération à Châlette Sur Loing et aux environs de Montargis - 1944

Message par Fab le Mar 28 Fév - 1:01


La 35e division d'Infanterie US (20e régiment) dans la rue Dorée de Montargis (photo d'amateur)

La guerre à Châlette et aux environs de Montargis

Depuis Juillet 1940, Châlette connaissait l'occupation allemande avec toutes ses conséquences, mais la guerre se passait au loin. Une fois, un samedi de 1942, deux avions, allemand et anglais, s'étaient mitraillés au-dessus de Châlette et des balles perdues étaient allées briser quelques tuiles de la Maison Bannery .

Dans les premiers mois de 1944, les escadrilles alliées passèrent plus nombreuses et les gens s'amusaient à regarder ces forteresses géantes qui laissaient derrière elles un sillage de blancheur. Parfois, on entendait dans le lointain quelque combat d'avions et l'on apprenait ensuite la chute de l'un ou de l'autre à Pannes, à Courtempierre, à Paucourt.

Le Jeudi 11 Mai, l'agglomération montargoise allait connaître son premier bombardement qui, Dieu merci, fit très peu de dégâts.
Vers 16 h. 45, de nombreuses « forteresses » « ronronnaient » au-dessus de la ville quand, tout à coup, une escadrille se détacha (elle était peut-être à 3.000 mètres) ; elle lança rapidement trois ou quatre fusées rouge, verte et blanche, et lâcha immédiatement 48 bombes qui tombèrent à la limite de Châlette, Villemandeur et Pannes : 28 sur Châlette, dans le quartier de la Pontonnerie, 8 sur Villemandeur, au Château-Blanc, et 12 sur Pannes, à Mercy et au Gué-Perreux. Dans ces divers quartiers, des maisons eurent leurs toits plus ou moins « soufflés » et reçurent bon nombre d'éclats ; mais par un miracle extraordinaire, il n'y eut aucun tué ; seulement 8 à 10 blessés légers, dont M. Borderon. A Montargis, il n'y eut même pas un blessé, bien que les gens étaient dans les rues et que de nombreux éclats échouaient un peu partout : place Mirabeau, au Presbytère, rue de Vaublanc, dans la Sirène, rue du Bon-Guillaume, rue Dorée, à la Caserne, etc... Deux autres engins étaient également tombés au Grand-Clos et à côté des Abattoirs.

Dans la nuit du 19 au 20 Mai. en même temps que les Aubrais étaient bombardés, une fusée était lancée au dessus de la gare de Montargis. Les habitants qui n'avaient pas cru jusque-là au danger commençaient à s'inquiéter et dès qu'il y avait alerte, beaucoup partaient en vélo dans la Garenne. D'autres s'étaient réfugiés au Lancy ou à Amilly, s'y croyant parfaitement à l'abri.

Le Mardi 6 Juin, nous avions dans la matinée 6 ou 7 alertes. Vers 9 heures, on parlait d'un débarquement aux environs du Havre. Un cheminot de Châlette, M. Godard, était blessé à la joue, sur la ligne de Gien.
Dans la soirée, nous avions, à Châlette, la cérémonie de la Confirmation.

Le Dimanche 25 Juin, vers 8 h. 15, des avions mitraillaient sur la ligne de Gien un train d'essence qui se trouvait en face la rue Pasteur, et un train de munitions qui était à la hauteur de Saint-Firmin et d'Amilly. L'essence flambe et, dit-on, mit le feu à une grange. Au fur et à mesure que les wagons de munitions étaient atteints par les flammes, de très fortes détonations éclataient qui mettaient les gens en grand émoi. Des débris de la locomotive étaient projetés à 500 mètres de là, des toits étaient abîmés et des vitres sautaient un peu partout, même à Châlette (Place Bichet-Rondeau et Route de Paris). Les verrières des églises de Saint-Firmin et d'Amilly étaient particulièrement touchées, les gens étaient affolés, et au moment de la grand-messe, nous avons si peu de monde que nous la remplaçons par une messe basse.
Deux cheminots avaient été blessés grièvement... 4 personnes de Saint-Firmin l'étaient légèrement par des éclats de vitres : parmi elles se trouvait une fillette de l'Assistance Publique, qui devait être tuée au Petit-Lancy, le 23 août.

Le Mercredi 28 Juin : 9 h. 30, trois ou quatre avions sont au-dessus de l'église de Châlette, quand ils lancent 15 à 20 objets, qui, d'abord, nous paraissent des bombes, puis des paquets de tracts, tournant sur eux-mêmes. En réalité, ce sont des bidons d'essence de 100 litres qui sont à peu près vides et qui vont s'échouer rue Jean-Jaurès, rue Marceau, rue Zola, rue Kléber, à la Demi-Lune, etc...
Presque en même temps, un avion pique et va mitrailler, route de Paris, un train de « ballastre ». La machine est perdue, mais les ouvriers s'en tirent là bon compte: l'un d'eux a ses vêtements troués, un autre son cuir chevelu touché. Des balles vont se perdre dans les maisons Duchesne, Gasparini, Guilleray, etc...
Vers 10 h. 30, un affolement général s'empare de Châlette et de Montargis. On affirme que les Anglais ont lancé des tracts annonçant le bombardement de la ville dans une heure. Qui a lancé le bobard ? Est-ce un mauvais plaisant qui a parié ? Seraient-ce des gens désireux de piller ? Ne seraient-ce pas plutôt des craintifs qui ont pris les réservoirs pour des tracts ? Toujours est-il que tout le monde y croit, et qu'on part avec un paquet sous le bras, traînant une malade dans une remorque, un vieillard dans une brouette. Certains feront des kilomètres et ne rentreront que dans la soirée...D'autres resteront dans leur abri pendant des heures. Il faudra une plaisanterie pour les en sortir. « Les Anglais viennent d'envoyer un nouveau tract... Ils s'excusent, mais ils ne viendront bombarder qu'un autre jour. » Cette fois-ci, on a compris, et l'on rentre chez soi l'oreille un peu basse.

Le Mardi 4 Juillet entre minuit et 3 h. 112, un avion rôde au-dessus de la région. Il mitraille deux trains entre Ferrières et Montargis, blessant- une vingtaine d'Allemands et de G. M. R . Il mitraille sur le Pâtis où sont cachés des camions ennemis : une femme est légèrement blessée. Il jette enfin trois bombes dans le quartier du Lancy sur les ponts de la ligne de Corbeil. Des éclats s'en vont un peu partout, brisant des carreaux, pénétrant dans des greniers, chez MM. Lucas, Legendre, Métier, Lheure, etc. Chez M. Goffin, un éclat entre dans la chambre où il repose tranquillement et tombe au pied de son lit, tandis que des morceaux de vitres recouvrent ses draps.

Le Jeudi 6 Juillet, au matin, les deux omnibus de Montargis-Paris sont mitraillés et bombardés : sur la ligne de Moret, avant Dordives, il y a 2 tués et 7 blessés ; sur celle de Corbeil (à Briare-Essonnes), il y a 7 tués et une trentaine de blessés, dont un Châlettois.
Ce même soir, vers 20 heures, alors que tout le monde dînait, passe une forte vague de « forteresses » et peu après retentissaient des détonations qui font trembler les maisons : ce sont les ponts de Gien et de Sully qui sont bombardés.

Le Vendredi 7 Juillet vers 17 h. 30 quelques avions circulent; nous les voyons piquer dans la direction de Mignères où ils atteignent le « faisceau » de la station et quelques vieilles machines.
Au matin du 8 Juillet, nous avons notre 3e bombardement: : un ou deux avions rôdent de 1 heure à 5 heures. 4 bombes sont lancées sur le Dépôt S. N. C. F., en même temps que la gare et un camion, à la Demi-Lune, sont mitraillés (on retrouve le lendemain des balles, rue Voltaire). Puis 3 autres bombes sont jetées sur la voie en face le Petit-Lancy et elles tombent dans le champ de tir. La même nuit, cinq bombes viennent échouer dans le parc et la pelouse du château de la Brûlerie, à Douchy, bien connu de nos colons de la Cité Notre-Darne.

Le Mardi 11 Juillet, la " Résistance " est maîtresse pendant quelques heures de Châtillon-Coligny.

Le Mercredi 12 Juillet. l'avion habituel recommence ses rondes nocturnes et vers 2 heures du matin il lance 4 nouvelles bombes, au Lancy, sur les ponts de la ligne de Corbeil; elles tombent assez près de Bûges, faisant sauter les vitres de l'éclusier.

Le Jeudi 13 Juillet, nous allions connaître notre 5e bombardement, un des plus sérieux. Vers 11 h. 30, un avion passait assez bas, inspectant la ville, quand la D. C. A. d'un train allemand, stationné en gare, le salua au passage.
Le même soir, à 18 heures, nous étions à peine en alerte, quand une formation de 15 à 20 avions, en formation régulière, arriva sur Montargis et tourna au-dessus de nos têtes. Puis sortant des nuages deux à deux et suivant la voie ferrée, du Lancy à la Chaussée, chaque avion lança deux bombes. Il y eut, dit-on, 42 points de chute. Une bombe s'était échouée dans la Garenne projetant ses éclats sur les maisons du Gué-aux-Biches, à la baignade où les baigneurs furent affolés, et jusque sur Vésines.
Une autre tomba à la gare, sur le bâtiment de la petite vitesse qu'elle incendia ; son souffle et ses éclats abîmèrent fortement une dizaine de maisons de la route de Paris ; certaines, comme celle de M. Chaumeron, étaient inhabitables. D'autres éclats s'étaient déversés sur tout Châlette-Bourg, rue Kléber, rue Gambetta, et même sur la place de l'Eglise. Un éclat large de la main avait pénétré jusqu'au rez-de-chaussée de la maison de Mme Rossignol, rue Lazare-Carnot. A 50 mètres de la « petite vitesse » attendait un train où pouvaient être 600 voyageurs. Bien que beaucoup n'eurent pas le temps de gagner le souterrain, personne ne fut atteint.
Plusieurs bombes tombèrent en forêt, entre le dépôt et le Stade. C'est là que furent tués, un cheminot de Montargis, M.Gressin et un Allemand. D'autres cheminots étaient blessés grièvement, dont un Châlettois, M. Chauveau.
Deux autres bombes aboutirent sur la route de Paucourt à la sortie du pont de la Forêt; les maisons qui les bordent étaient dans un état lamentable.
Parmi les bombes qui échouèrent autour de la rue Duchesne-Rabier, l'une tombant dans la cour du Café Daveau allait blesser 6 personnes et tuer M. Meunier, le peintre de Châlette, estimé de tous, qui travaillait ce jour-là dans la maison.
Une autre bombe faisait, rue Pasteur, deux blessés, dont M. Pinet, le contre-maître de l'usine Terrat, qui était vite rentré chez lui pour tranquilliser les siens; il devait mourir en arrivant à l'hôpital.
D'autres bombes tombèrent aux Basses-Varennes, sur le café Bailly ; au Christ, sur la maison Dupuy; aux Ponets, sur Villemandeur. Le bombardement n'avait duré que quelques minutes, et de partout on s'empressait au secours des 15 à 20 blessés.

Lundi 17 Juillet. nous avons eu 14 ou 15 alertes. Vers 10 heures, pendant qu'on célèbre dans l'église de Montargis les obsèques des tués du 12, une forte vague d'avions passe ; elle va bombarder le pont de Gien et un homme de Cepoy, ouvrier de la Maison Bornhauser, y trouva la mort.

Le Mercredi 19, à 2 heures du matin, une forte détonation retentit ; c'est la Résistance qui vient de faire sauter à Saint-Firmin le pont de chemin de fer de Nevers.

Le Vendredi 21, toujours à 2 heures du matin, des avions lancent 7 ou 8 fusées qui éclairent magnifiquement Montargis et Châlette. D'autres fusées seront lancées dans la nuit du 24 au 25, suivies aussitôt de bruits sourds : ce sont des caisse de munitions qui arrivent aux maquisards.

Le Dimanche 23, à 4 heures du matin, l'avion rôdeur mitraille, au Pont-aux-Vaches, une locomotive qu'il rate et un camion allemand qu'il atteint.

La nuit du 25 au Mercredi 26 est agitée ; dès minuit 30, éclatent trois rafales de mitrailleuses dont une réveille les. mieux endormis ; il est vrai qu'elle arrose copieusement la place de l'église et la chaussée de la rue Marceau. La prise d'eau qui, sans doute, était visée, a de nombreuses traces de balles, ainsi que les maisons habitées par la famille Boulan, MM. Bonneteau et Lévêque . Chez ce dernier, une balle entre dans la chambre de son fils et va se fixer tout près du lit, où il reposait tranquillement.
A une heure, deux fusées éclairent au-dessus de la Garenne et, à la lueur, certains voient descendre trois parachutistes. Presque aussitôt, 4 bombes de 100 kilos sont lancées sur la gare : trois n'éclatent pas, mais la quatrième «bouzille» complètement le poste 2. Pendant que la gare est mitraillée, les maisons de la route de Paris, du magasin Suard à la rue Lamartine, reçoivent des débris divers.

Le Jeudi 27 Juillet, nous avons notre 7e bombardement, le 3e par escadrille. Il est 20 heures 30 quand 9 bombardiers arrivent sur la gare et, descendant « à la feuille morte » de 1.500 à 200 mètres, ils lancent 18 à 20 bombes de 250 kilos, en même temps qu'ils mitraillent. Quatre bombes ont touché le dépôt S. N. C F., mais une seule a éclaté, arrachant le tender d'une machine. Trois autres bombes ont échoué dans un terrain vague, près du poste 1 et de la barrière d'Orléans. Dieu merci, il n'y a pas de victime et les dégâts des maisons sont minimes ; les tuiles et les vitres ont « sauté » dans le quartier de la barrière et des éclats de bombes ont-été projetés jusque dans l'Avenue des Tilleuls, chez M.Farrugia, et Place de la République, chez M. Millet.

Dans la nuit du 28 au 29 Juillet, l'électricité ne donnant pas, il nous faut sonner les cloches pour avertir de l'alerte.

Le Dimanche 30 Juillet, vers 19 heures, deux avions qui tournoient au-dessus de Mormant piquent sur un camion dont ils tuent les deux occupants.
Ce même jour, vos prêtres l'ont échappé belle ; ils avaient été dénoncés à la Feldgendarmerie pour une affaire de légionnaires qui avaient pris le maquis. Les Allemands qui croient tenir... un nid de résistance, fouillent le presbytère de fond en comble, et à tout prix ils veulent trouver « le Curé de Châlette » que trois autos bariolées recherchent un peu partout aux presbytères de Vésines et Cepoy, à Lancy, à la barrière d'Orléans et même à Paucourt, en allant de porte, en porte.
Par un hasard... providentiel, ils rentrent bredouilles; le lendemain, l'affaire est classée devant d'autres plus importantes. Châtillon-Coligny surtout, leur cause du, souci depuis l'échauffourée de samedi avec un groupe de résistance.Ils arrêtent d'abord tous les hommes, même des vieillards et des enfants de 14 ans. Une quarantaine sont amenés à Montargis et enfermés rue Dom-Pèdre dans l'ancienne « loge » . Certains partiront pour Orléans et Compiègne.

Le Lundi 31 des « résistants » de Montargis, Châlette et Nargis sont arrêtés et emmenés sur l'Allemagne via Orléans et Fresnes.

Le Samedi 5 Août, à 19 h. 45, quelques avions qui circulent mitraillent et bombardent un train à Solterre (1 mort et 2 blessés), lancent une bombe à Villeneuve, sur Amilly et attaquent la station militaire de Mignères.

Le Dimanche 6 Août, à 4 heures du matin, la gare est mitraillée. Des voyageurs couchés dans un train sont brusquement réveillés et fuient en vitesse.
L'après-midi, vers 14 h. 30, une vingtaine d'avions circulent au-dessus de Montargis. Ils s'attaquent d'abord à la périphérie, bombardant la gare militaire de Mignères, mitraillant la station de repérage de Gondreville, carbonisant un camion allemand sur la route de Puy-la-Laude. Ils visent ensuite la gare de Montargis; 3 ou 4 bombes sont lancées sur le dépôt S. N. C. F. et tombent tout près, mettant le feu à la forêt contiguë. Mais leur objectif principal est d'atteindre les ponts de la ligne de Corbeil au Lancy : 15 à 20 bombes sont jetées, faisant des trous énormes sur la voie et détruisant le pont qui domine la jolie rivière de l'Oiseau-Bleu ; désormais la ligne est inutilisable. Des éclats et des balles de mitrailleuses se retrouvent dans les maisons qui avoisinent le passage à niveau mais, Dieu merci, ce 7e bombardement n'a fait aucune victime.
Les Montargois qui sortent de leur cave croient apercevoir, rue Chartrain, une bombe non éclatée : aussitôt la rue est barrée, des pancartes indiquent le danger. Mais le soir, pour la joie de tous, on s'aperçoit que la prétendue bombe n'est qu'un simple culot, entré fortement dans le sol.

Le Lundi 7 Août, la radio annonce que les Américains sont à Château-Gontier et aux portes d'Angers. Les Allemands semblent inquiets, certains demandent des habits civils ; des camions de déménagements transportent des objets hétéroclites sur lesquels sont assis des soldats en bras de chemise. Des autos suivent où se trouvent des officiers et des femmes, et les autos sont recouvertes d'une immense croix rouge. Sans aucun doute, le vent de la défaite souffle chez eux...
Dans la soirée, un chef allemand est tué à Solterre, et, par représailles odieuses, dans la ferme voisine, 3 ou 4 jeunes gens et un vieillard de 80 ans sont aussitôt massacrés.

Le Mardi 8 Août nous -vaudra notre 8e bombardement, un des plus violents. Il est un peu plus de 15 heures et les dizainières de quartier discutent au presbytère des questions paroissiales quand un bourdonnement très significatif arrête net les conversations et indique un bombardement tout proche : il éclate en effet à coups redoublés et prolongés et entremêlé de mitraille.
On se rend vite compte que les avions visent l'Usine des Goudrons où les Allemands ont une réserve d'au moins 800.000 litres de carburant. La 1re bombe tombe en plein sur un réservoir et aussitôt les flammes jaillissent et une fumée noire monte abondante vers le ciel, c'est peut-être 40 bombes qui sont lancées et un bon nombre atteignent leur but. D'autres vont s'échouer tout autour, c'est ainsi que l'usine de Langlée en reçoit deux. qui « soufflent » les locaux de la réception et la maison de M. Clause. Les employés et ouvriers, surpris dans l'usine, n'ont d'autre ressource que le « plat ventre ».
D'autres bombes échouent, sans faire de dommages, entre la Cité et l'Usine Saint-Gobain, dans.les champs derrière les Goudrons, à côté de la passerelle du Grand-Lancy où un vaste entonnoir est toujours visible et rempli d'eau. La voie d'Orléans est fortement touchée: .une bombe tombe en plein sur le pont et s'en va au canal. Une autre bombe atteint la maison de charbon Marcuiez. Les bureaux et le logement du concierge, M. Lefèvre, ont complètement disparu.
Les avions mitraillent les réservoirs en même temps qu'ils bombardent. D'autre part, des Allemands cachés dans un bâtiment des Goudrons, près du pont d'Orléans, tirent sur les avions, avec un fusil-mitrailleur : ce qui expliquerait sans doute les bombes tombées sur le pont, la voie, la maison Marcuiez et Langlée.
Jusqu'ici il n'y a pas eu d'accidents de personnes, mais deux bombes vont être meurtrières. L'une tombe au Lancy, dans le chemin de la Fouine. Elle touche un poteau électrique, ce qui l'a fait éclater en l'air, et pendant que son souffle va enlever les toitures des maisons Dinton, Blot, Pavé... et faucher un champ de choux dont on ne trouve plus trace, ses éclats s'en vont frapper violemment tout ce qui se trouve devant eux - Hélas, juste à ce moment, M. Dinton, cheminot, qui se reposait avant de repartir à son travail, voulut se réfugier dans sa cave en compagnie de M. Drouet ; ce dernier fut à peine blessé, mais M. Dinton reçut en plein dos un gros éclat qui le tua net.
Sur la place de l'Eglise, une bombe tombait également, en pleine chaussée en face de la maison de Mme de Patornay. Un éclat allait briser la tête d'un Vésinois, M. Quéhen, près de la maison de M. Candat , tandis que son enfant de 10 ans n'avait pas une égratignure Un autre éclat allait déchiqueter les deux mains d'un cheminot de Montargis, M. Certain, en face de l'épicerie Billault. Les concierges de Mme de Patornay , M. et Mme Girault, avaient de multiples blessures causées par les débris de verres. Dans la maison, Mme Dolot, qui était alitée depuis des mois, fut arrachée de son lit par le souffle et projetée dans le couloir. La commotion fut si forte qu'elle en mourut quelques jours après.
La belle maison de Mme de Patornay est alors dans un état lamentable : portes, fenêtres, toitures, tout était arraché ; objets et meubles gisent à terre dans un désordre indescriptible. Les autres maisons de la place sont toutes meurtries et les glaces des magasins brisées ; les arbres ont perdu leurs feuilles et plusieurs sont arrachés.
Notre-église, elle aussi, est blessée : 14 vitraux sur 15 sont plus ou moins détériorés : le tympan de la grande porte et le tambour d'entrée arrachés, des éclats ont brisé de nombreuses ardoises et l'un d'eux a traversé la voûte.
Le bombardement qui dura plus d'une demi-heure ne se limite pas aux Goudrons. D'autres bombes furent jetées sur la gare : deux tombèrent sur des wagons qu'elles incendièrent, 4 ou 5 aboutirent en forêt mais deux autres échouèrent sur la chaussée de la route de Paris, abîmant une dizaine de maisons et rendant spécialement inutilisables les maisons Thibault et Perrin .
Notons encore que les avions apercevant, sur l'Avenue de la Gare, des camions allemands qui s'étaient cachés sous les arbres, les mitraillèrent copieusement. Quelques autres bombes tombèrent à Villeneuve, sur Amilly, dans la prairie de Cepoy à Villevoques (où les vitraux de l'église sont soufflés), aux Pins-de-Treilles... La gare militaire de Mignères est fortement mitraillée, 2 machines et un wagon sont avariés.

La nuit du Mardi au Mercredi 9 Août fut dure. On ne vit jamais pareille nuit à Châlette. Jusqu'à 2 h. du matin les flammes montaient toujours de l'usine des Goudrons, et donnaient de telles lueurs qu'il était possible de lire à plusieurs centaines de mètres.
Un avion observateur circulait. Vers minuit et quart. il mitraille et lance 4 bombes de petit calibre sur l'usine des Goudrons.
Vers 3 heures, la mitraille recommença : 2 bombes détruisirent l'usine Terrat tandis que deux autres, tombèrent sur la gare, tout près du faisceau. Entre temps l'avion mitraille les camions qui remontaient sur Paris et au matin on retrouve des balles de mitrailleuses dans la rue Gambetta.
Au matin, chacun parlait du bombardement de la veille et de la nuit quand bientôt circula une rumeur qui prit vite une ampleur formidable : « Les Américains sont à Orléans et ce soir.ils seront à Montargis ». On précise même que ce sera à 17 heures. Certains affirment dans la journée qu'ils ont entendu à la radio anglaise que Châteauneuf-sur-Loire est pris. D'autres sont sûrs qu'« Ils » sont à Bellegarde, à Ladon... Dans l'attente des commerçants ferment leurs boutiques, des ouvriers ne vont pas travailler, les gens des rues Gambetta et Lazare-Carnot ont les yeux braqués sur l'avenue de la Gare... et quelqu'un qui revient de la ville affirme que les premiers tanks viennent d'entrer Avenue Gaillardin.
A Montargis, c'est la même folie collective ; beaucoup ont également préparé leurs drapeaux et des bouquets de fleurs et quand, à l7 heures, on entend le bruit d'un gros tank, tout le monde se précipite... Hélas ! ce n'est qu'un gros tank allemand.
En réalité, la radio n'annonce que la prise d'Angers et du Mans,. et ne dit rien des pointes avancées, mais ce qui a donné prise à ce nouveau "bobard", c'est la panique qui grandit chez les Allemands sans arrêt leurs voitures remontent vers Sens et Paris ;.des autos sanitaires qui ramènent du Mans d'innombrables blessés pour les déposer à l'hôpital et à la caserne, créent Faubourg de Lyon et Rue Dorée un.embouteillage complet. La Gestapo de Blois fuit vers l'est ainsi que le préfet régional Chiappe, et la L. V. F.,, installée dans l'école du Boulevard Durzy, se prépare hâtivement à les suivre.

Le Jeudi 10 Août, vers midi moins le quart, après une longue alerte, la mitraille éclate tout autour de Montargis et un nuage de fumée monte de l'autre côté de la ville : en fait, des camions ont été incendiés sur la route de Lyon ; le train qui vient de Paris a été mitraillé par 3 avions en rase-motte, près de la barrière de la route de Corquilleroy (il y a un tué, un mourant et 3 blessés). Le pont de la voie d'Orléans sur le canal à été bombardé de 2 petites bombes : il n'est pas atteint, mais la voie est coupée près de Sainte-Catherine.
Dans l'après-midi, vers 17 h. 30, nouvelle séance de bombardement et de mitraille : 4 bombes sont jetées à nouveau sur les fameux ponts de Corbeil ; elles tombent dans un petit bois et leurs éclats se dispersent jusque dans la rue Waldeck-Rousseau. Presque en même temps, les avions mitraillent Route de Paris, en face la Balastière Lemaire , à la Cressonnière, sur Fontenay, et le train arrêté le matin à la barrière de Corquilleroy est à nouveau visé... Des camions allemands fument encore une heure après sur la route de Courtenay. Dans la journée, une dizaine d'Allemands auraient été tués par ces divers mitraillages.
Le même jour, une échauffourée éclate à Châteaurenard entre les Allemands et la Résistance, avec des tués de chaque côté. Les Allemands prennent 11 otages et menacent de les fusiller si, un des leurs, fait prisonnier, n'est pas rendu. Celui-ci en est navré, car il croyait la guerre finie pour lui ...

Vendredi 11 Août : la nuit est calme, à part quelques détonations lointaines. Des hommes de la résistance, en costume, circulent avec audace, route de Paris et au Lancy. A la porte de la gare, un écriteau marque : « Suppression totale des trains ». A 10 h., devait avoir lieu l'enterrement de M. Dinton, tué le mardi à Lancy. Juste à 10 h. passent trois vagues de forteresses et tous se réfugient ou dans notre abri ou dans le sous-sol de l'église. A 10 h. 30, l'office commence sans messe pour être plus court, mais pendant que les assistants saluent la famille dans l'église, des avions qui ne cessaient de rôder lancent deux bombes sur le dépôt S. N. C. F.: l'une abîme 2 machines et l'autre se brise contre la palissade de la gare, route de Paris. A l'église, les gens sont affolés, se couchent par terre, courent à l'abri, se cachent dans les confessionnaux...
L'après-midi, vers 15 heures, nous subissons notre 13e. bombardement : 10 bombes sont tombées sur le terrain de la gare, brûlant quelques wagons. Une 11e éclate en pleine route de Paris, en face la maison Wegmann, abîmant un peu plus les maisons proches, soufflant encore les toits de la rue Kléber. Une 12e tombe en forêt, près du Pont-aux-Vaches, où elle provoque un incendie.

Samedi 12 Août 14e bombardement, un des plus longs que nous ayons subis. De 10 h. 30 à 11 h. 1/4, les bombes et la mitraille ne cessent guère. La gare reçoit 15 à 20 bombes et est, cette fois, bien touchée. Le faisceau, à la sortie de la Rotonde, est brisé. Des wagons et l'atelier de réparations sont en feu. Des morceaux de rail sont projetés rue Kléber, rue Gambetta et avenue de la Gare. 8 bombes sont lancées sur un train aux Basses-Varennes, le train brûle, mais 2 maisons de la rue Jules-Leloup sont détruites et d'autres sont abîmées. Une autre bombe est tombée à plat. avenue de la Gare en face la maison des Petites Affiches Montargoises , elle rebondit juste à point pour passer par une fenêtre ouverte au 1er étage et toujours sans éclater.
Une bombe enfin est tombée rue Kléber, dans le jardin de Mlle Lacoste. où elle comble un abri où, Dieu merci, il n'y avait personne ; elle rase tous les légumes du jardin qui semble recouvert de cendre et elle fait des dégâts importants aux maisons environnantes. surtout chez Mlle Lacoste, Mme Druguet, Mme Lauret, M. Noel, Mme Conneau.. Des bombes et de la mitraille sont également projetées tout autour de Montargis : à Mignères, Gondreville.
Le même jour, Montargis devient ville sanitaire et reçoit ou va recevoir 2000 blessés allemands qu'on installe à l'Hôpital, à la Salle des Fêtes, à la Caserne. Ils sont dans un état lamentable et les soins ne peuvent être que rudimentaires, il n'y a que de l'eau pour laver les plaies, que du papier pour les panser ; des boîtes de conserves servent de verres...
Pendant une demi-heure, vers 10 heures, les avions bombardent, à Saint-Maurice-sur-Fessard, un convoi allemand (c'est la kommandantur du Mans qui se replie).

Le Dimanche 13 Août est plus calme que les jours précédents, au moins pour Montargis et Châlette. A Chailly, quelques bombes soufflent les toitures du bourg. A Montbouy, où une péniche est mitraillée, une jeune batelière est tuée.
A Châlette, après les 5 bombardements des 3 jours précédents, nous .jugeons plus prudent de dire les messes dans la crypte. L'assistance est maigre, surtout pour la messe de 10 h. 30 qui ne sera qu'une messe basse : elle commence avec 3 personnes et finit avec 12 ! Il est vrai qu'à 10 heures nous étions en alerte et qu'un avion mitraillait à la hauteur du Petit-Lancy le camion-poste de Vichy et en blessait les 3 occupants. Nous recevons l'ordre de la sous-préfecture que les offices religieux ne durent pas plus d'une demi-heure (rien n'est interdit aux cinémas !). Quant aux enterrements, le prêtre devra conduire les corps directement de la maison au cimetière.

La nuit du 13 au Lundi 14 Août est assez mouvementée. Le Allemands qui sont au Château de Châlette depuis plusieurs jours, tirent de temps en temps des coups de fusil... Ils sont dans la crainte des « terroristes ». Vers 1 h. 30, on entend à nouveau l'avion rôdeur : certains l'appellent " Jean-Marie " parce qu'il est... têtu comme un Breton. D'autres le nomment « Azor » parce qu'il est fidèle et hargneux comme un chien. Il lance brusquement trois fusées et deux bombes qui tombent sur l'usine Saint-Gobain : elles mettent hors d'état plus de 4.000 mètres carrés de toiture des magasins d'engrais. Le mitraillage perce plusieurs cuves. L'avion mitraille également le Pâtis et les Belles-Manières où se dissimulent des camions.. et il récidive à 3 h. 30.
Les Allemands du Château de Châlette ne se sentent pas en sécurité ; ils plient bagage, brûlent tout ce qu'ils ne peuvent emporter et à 7 h. ils partent... sans laisser de regrets.
Des événements plus graves se passaient aux environs de Lorris où se dissimulent deux maquis. Les Allemands entourent au petit jour l'exploitation forestière qui est au « Carrefour d'Orléans ». On y soignait des maquisards blessés dans les dernières embuscades. La découverte de quelques' brassards F.F.I. déclenche la fureur des nazis. Ils forcent les blessés à sortir dehors, et à rester debout sans vêtements, les bras levés, pendant plus d'une heure ; puis ils les fusillent, ainsi que le chef de l'exploitation, M. Charton, et deux gardes.
Des maquisards sans armes, venaient à Lorris. Ils sont arrêtés, sont forcés de creuser leurs tombes et sont martyrisés avant d'être tués. Un garde, chez qui on a trouvé des armes, est brûlé avec sa maison ; d'autres, qui marchaient tranquillement sur la route, sont mitraillés d'une auto qui arrive derrière eux. Ainsi meurent 60 à 70 hommes, dont l'Abbé Thomas, de Fay, et une vingtaine d'habitants de Lorris. Certains échappent par miracle : ainsi M. R. et ses camarades ; toute la journée, ils restent cachés dans la fougère à quelques mètres des nazis. Deux autos-mitrailleuses allemandes se sont aventurées près du vrai maquis : elles sont détruites par des obus anti-tanks. Les Allemands, qui craignent une contre-attaque nocturne « décrochent» vers 20 heures.

Mardi 15 Août. La nuit est calme : un seul mitraillage de l'avion rôdeur qui vole très bas. Nos messes de l'Assomption ont lieu dans la crypte. La Grand'Messe est gênée par une alerte, pas un garçon de Châlette n'y vient !

Mercredi 16, les Américains entrent à Orléans.

Jeudi 17 Dans la nuit, quelques coups de fusil et deux fortes explosions. Au matin, grondement du canon dans le lointain. Les Allemands déménagent la Kommandantur. Ils commencent à évacuer leurs blessés sur Troyes. A Châlette, à Montargis, à Villemandeur, ils raflent les vélos, sans payer, en montrant leur revolver ou leur mitraillette.
Les Docks liquident leurs stocks, du sucre à 2 fr. 50 le kilo ! Les Allemands ont abandonné, le camp de Mignères ; aussitôt on se précipite pour se servir et certains audacieux rapportent du chocolat, des bonbons et même des moutons... Mais les occupants reviennent subitement. Il en résulte une bagarre et un Arménien de Vésines, le petit Emuralian, est tué de 7 balles.
A Gondreville, la station de repérage d'avions, surnommé Bécassine, est détruite ; après l'explosion, les restes brûlent pendant plusieurs heures.
Les Allemands s'installent route de Pannes pour défendre le pont de Sainte-Catherine. Les voisins ne doivent plus sortir, ni avoir de lumière après 21 h. 30.

Vendredi 18, quelques explosions dans la nuit : le téléphone est coupé, ainsi que l'électricité. A 9 h. 30, une escadrille arrive subitement sur la ville et, sans tourner comme d'habitude, bombarde immédiatement la gare. (C'est notre 15e. bombardement ).
Deux projectiles sont tombés sur les voies à côté de deux fameuses citernes vides. Un autre est tombé route de Paris au Garage Josserand : il détruit des autos dont les débris sont projetés au loin. La maison voisine des Cbapru a l'un de ses murs arrachés si bien que l'intérieur du rez-de-chaussée et du ler étage est à découvert, Dieu merci, les deux vieillards qui étaient dans un hangar n'ont rien.
Une autre bombe est tombée, un peu plus haut au n° 24 de la route de Paris, dans la maison qui touche la barrière d'Orléans : le hangar a complètement disparu. Les briques qui le recouvraient se sont « envolées » un peu partout. Là encore, les gens sont sains et saufs, bien qu'ils n'ont-pas eu le temps de courir à l'abri.
Hélas, il n'en est pas de même rue de la Montagne-à-l'Oiseau où une bombe est tombée en plein sur un abri. Mme Morlane, qui fut longtemps Çhâlettoise, y a été écrasée. Ses filles qui ont voulu rester à la maison, sont indemnes.
Le vacarme des bombes s'accompagne du bruit sec des mitrailleuses.

Ce Vendredi 18 Août arrive à Montargis le général Arndt qui, dit-on, n'a que 45 ans. Il a pour mission de retarder l'avance américaine et lui-même dit à M. Terrat, Maire de Montargis, qu'il défendra la ville jusqu'au bout. Il fait claironner aussitôt dans les rues qu'il faut circuler le moins possible, qu'on n'a plus le droit de sortir de l'agglomération et que tout acte d'inimitié serait puni sévèrement.
Des soldats forment un barrage à la Gloire, d'autres sont installés au pont de Corbeil (à Lancy), avec mitrailleuses et D. C. A. D'autres sont à Cepoy, etc... Des camions allemands reviennent se cacher sous les arbres du Château de Châlette , les dames du ravitaillement sont si peu rassurées qu'elles demandent et obtiennent de se réfugier dans la petite Salle Ozanam, tout près d'un abri.
Les Allemands se préparent tout l'après-midi à détruire les ponts. Deux pétards font sauter, vers 17 heures, celui de Cepoy, causant bien des dégâts matériels et coupant le village en deux. A 23 heures, c'est le tour du pont de Bûges qui s'effondre, sans dommage aux maisons voisines.
Dans l'après-midi, le Maire de Montargis reçoit l'ordre de fournir dans le délai d'une heure 500 hommes pour creuser des tranchées. Il refuse mais devant la menace de représailles sur la ville, il promet 100 hommes pour le lendemain.
On dit que les Américains sont à Bourron et La-Chapelle-la-Reine.

Samedi 19 Août. La journée est calme. Une compagnie d'Allemands avec leurs tanks vient se loger chez Mme Verdeille . La compagnie est d'ailleurs hybride : des spécialistes des tanks, des aviateurs, un marin, et... hélas ! deux femmes françaises. Les soldats ont perdu leur ardeur combative et leur discipline, ils pensent se reposer là plusieurs jours.
D'autres troupes allemandes arrivent à Montargis dans la matinée, vers 17 heures et 21 heures. Elles sont harassées de fatigue. Des hommes traînent les pieds et se laissent tirer par des tombereaux chargés d'objets les plus hétéroclites. D'autres marchent sur le trottoir, sans ordre. Ceux qui arrivent le soir ont un peu plus de tenue et chantent encore. Ils viennent par la route de Courtenay et ils s'installent rue Duchesne-Rabier et au Stade. Deux à trois cents vélos sont. encore réquisitionnés par ces troupes de passage.
L'eau nous est coupée. Déjà, depuis la veille, nous n'avons plus d'électricité, ce qui supprime les nouvelles de T.S.F. ; nous n'avons pas davantage de téléphone, ni de distributions de lettres ; toutes ces privations nous rappellent les jours de l'exode. Dans la grande maison proche l'Eglise, les hommes veillent à tour de rôle et dès qu'il y a un bruit lointain d'avions, ils sonnent l'alerte avec une clochette.
M.Palhoriès, ingénieur de l'Energie Industrielle, va dans la journée jusqu'à Cosne et il revient sans rencontrer une seule voiture ; à peine quelques soldats aux Bezards, à Nogent et à Briare. Il lui semble que toute cette région est « no man's land », la terre de personne. A Montargis, le général parle toujours de résister.
Un pauvre homme confondant terroriste et terrien fait arrêter trois cultivateurs de Saint-Maurice.

Dimanche 20 Août. Nos messes ont encore lieu dans la crypte qui est pleine. A la grand'Messe, il y a même 2 Allemands, de la maison Verdeille. Ils attirent d'autant plus l'attention qu'ils arrivent en retard et que l'un d'eux demande la communion : c'est un aspirant missionnaire de la Congrégation du Saint-Esprit.
Dans l'après-midi, nous subissons notre 16e et dernier bombardement. Il est 17 h. 30, quand une formation de 32 avions arrive subitement, tournoie quelques instants et tout de suite, c'est la chute des bombes et le crépitement des mitrailleuses. Il y a peut-être une vingtaine de bombes dont les éclats s'en vont un peu partout, rue Gambetta, sur la place de l'Eglise, sur la terrasse de la grande maison, route de Courtenay. La gare a été sérieusement touchée, des wagons sont en flammes et l'ancien dépôt a son toit soufflé. Une maison de la route du stade est atteinte pour la 2e fois, mais il n'y a aucune victime française. Il n'en est pas de même du côté allemand : les avions ont mitraillé copieusement le stade où depuis la veille de nombreux soldats étaient cantonnés... Il paraît que 48 soldats furent tués par ce mitraillage. Une heure après, une vingtaine de soldats allemands armés de pioches et de pelles arrivaient au cimetière de Châlette pour creuser des tombes, mais n'y trouvant pas la place suffisante, ils partirent au cimetière de Montargis.
D'autre part, l'hôpital militaire qu'ils avaient installé dans la ville est complètement évacué ; beaucoup de ces blessés étaient de pauvres mourants. Ils ont été très touchés du dévouement des soeurs et infirmières françaises.
Le général Arndt semble inquiet. Le samedi soir, il quitte la Soldatenheim (Hôtel de la Poste) et il va s'installer Route de Courtenay dans la maison Lancelin, ce qui vaut à ce quartier de retrouver l'électricité. Il y arrive à 22 heures après y avoir fait porter des lustres, des fauteuils rouges... Mais dans la matinée du dimanche, on chuchote qu'à la nuit, la Résistance va essayer de s'emparer de lui. il l'apprend sans doute et dans l'après-midi il déménage à nouveau ; il rentre en ville et se loge à la maison Rouziot, 9, rue de la Chaussée.
Des nouvelles circulent qu'on affirme dites par la Radio : les Américains approchent de Paris ; ils sont dans les faubourgs de Marseille, le général de Gaulle est à Cherbourg ...
Mais, pour notre région, nous sommes toujours dans l'ignorance la plus absolue, quand tout à coup, dans la soirée, se répand le bruit le plus inattendu : "les Américains sont à Gondreville" ! Les gens prudents se demandent si ce n'est pas un nouveau bobard et c'est ainsi que le cher Abbé Foucher a la conversation suivante avec une Montargoise - Monsieur l'Abbé, les Américains sont à Gondreville.
- Qui vous l'a dit ?.- C'est une jeune fille qui les a vus !
- Est-ce vraiment bien sûr ?
- Oh ! oui, elle les a embrassés !
En fait, vers 14 h. 30, 2 voitures américaines et un tank arrivent à Mignères, venant de Corbeilles et Pithiviers. Les Américains s'informent à Mignères et Gondreville des positions allemandes et un homme file à Montargis leur chercher des renseignements plus précis. Puis par Treilles et Préfontaines ils gagnent Château-Landon et Souppes. Ils y retrouvent d'autres voitures américaines qui réussissent à s'emparer du pont de Souppes avant que les Allemands ne l'aient fait sauter.
Leur tactique est d'aller le plus vite possible vers l'est, en évitant les petites garnisons allemandes. C'est ainsi qu'ils laissent de côté les 200 ennemis cantonnés à Beaune-la-Rolande en passant par Saint-Loup-des-Vignes, le Pavé-de-Mézières et Corbeilles. De l'autre côté de Souppes, ils marchent sur Egreville et Courtenay, en gênant ainsi la retraite des Allemands de Montargis.

Le Lundi 21 Août.

L'eau et le gaz nous sont rendus.
Toute la journée, l'armée américaine passe par Mignères, Gondreville et Treilles, allant sur Souppes et Sens. Un énorme tank, avec des canons, à l'avant et l'arrière, attire l'attention de tous : « C'est le général Patton », affirme un officier américain. Beaucoup de gens vont voir le défilé incessant, ils obtiennent des cigarettes et du chocolat et ils reviennent émerveillés devant cet énorme matériel.
Les Américains resserrent leur étreinte sur Montargis: ils pénètrent dans la région de Lorris (dès la veille, dit-on, ils étaient au village voisin de Montereau), ils entrent à Beaune-la-Rolande (que les 200 Allemands ont fui le matin même), à Boiscommun, Saint-Loup-des-Vignes, Ladon et déjà, ils sont à Sens...
Autour de Montargis, les escarmouches vont se multiplier: Vers 16 h., des tanks américains qui viennent de Sens arrivent à 4 km. de Courtenay où ils ont un accrochage avec les Allemands dont ils tuent une douzaine. En plein bourg de Bellegarde, il y a également une rencontre : 3 Américains sont tués tandis que les Allemands se retirent en emmenant leurs morts.
Un autre combat va éclater sur Pannes : dès le vendredi les Allemands avaient libéré les Algériens qui travaillaient à la station-magasin; mais, sur une dénonciation, ils viennent les rechercher, fouillant les maisons et même les confessionnaux de l'église; ils en retrouvent une soixantaine que les Kalmouks emmènent à Montargis en leur promettant d'être fusillés. Vers 15 h. 30, les Allemands envoient deux camions d'essence pour incendier le camp ; déjà les deux camions ne sont plus qu'à 300 mètres de la station quand ils sont subitement touchés et incendiés par des obus (des Américains avec leurs 4 tanks se reposaient dans le bois de Fourche) ; 3 Allemands au moins sont blessés. Les Allemands, qui ont quelques pièces de canon au bourg de Pannes, répliquent aussitôt pendant que leurs troupes déployées en tirailleurs avancent sur le bois de la Fourche et blessent un Américain. Le soir, vers 20 heures, ils reculent d'eux-mêmes.
Vers 17 h. 30, nous raconte M. Palhories, quatre membres de la Résistance faits prisonniers à Souppes sont amenés à la ferme de la Nivelle, route de Châteaurenard, pour être fusillés: (Philippe Sergent, Georges Mairot, Guy Lépine et Lucien Wauthier). Il leur est commandé de creuser leur tombe. Ils commencent, mais l'un deux, Mairot, âgé de 20 ans, dans un sursaut de courage, porte un violent coup de bêche au feldwebel et s'enfuit dans les prés. Il est abattu à coups de mitraillette au moment d'atteindre les roseaux d'un petit cours d'eau, 60 mètres plus loin. Les 3 autres sont couchés au sol aussitôt, d'une décharge, à bout portant, achevés à coups de revolver et enterrés par les soldats allemands, tout cela sous les yeux terrifiés de la fermière, Mme Rose, et de son charretier Roland Fregy.
L'inquiétude grandit dans Montargis et Châlette : on entend siffler quelques obus et l'un d'eux tombe dans la Cité de Vésines, chez Mme Briand. Un Montargois note les détails suivants :
« Dès le matin, circule une mauvaise nouvelle : le pont de la Mairie et celui de Saint-Nicolas, le pont Sédillot et celui de l'avenue Cochery doivent sauter; deux bombes de 2 à 300kg. sont disposées à cet effet au milieu de la largeur, mise à feu électrique...
Dans les maisons du quartier, on décroche en hâte, glaces, lustres, tableaux, plats décoratifs, etc... Les portes et les fenêtres restent ouvertes, jamais on a tant aéré !...
La circulation est intense sur le Pâtis où des unités allemandes et de nombreux civils viennent se ravitailler en chaussures et vêtements à l'ancien magasin de la L. V. F. abandonné... Les voitures allemandes roulent avec un homme arme au poing sur chaque avant ».
Vers 18 h. 30, les Allemands qui logent à Châlette chez Mme VerdeilIe se figurent qu'il y a des « terroristes » tout près d'eux... Inquiets et furieux ils viennent visiter les maisons de la rue Marceau : les femmes et les jeunes filles doivent lever les bras, les hommes sont mis en joue et fouillés...
Il est interdit de sortir de chez soi de 20 h. 30 à 6 h. 30.
La nuit commence lourde de menaces, les explosions se succèdent, à 20 h., 21 h., plusieurs à minuit. Le lendemain, on apprend que les Allemands ont fait sauter le pont de Sainte-Catherine, et la Résistance en a fait autant du pont des Quatre-Arches , à Saint-Firmin


Le Mardi 22 Août.

Voyons d'abord les événements qui se passent autour de l'agglomération.

Les Américains arrivent au bourg de Pannes vers 10 heures, un Général demande au Curé la clé du clocher et y monte avec son état-major, Il s'informe si les Allemands sont en force et comme on lui répond que non : «Tant mieux, dit-il, cela nous évitera de faire appel à l'aviation ». Ils installent leurs canons entre Villevoques et Pannes en direction de Montargis et Paucourt.

Vers midi la lutte commence à Villemandeur, dont le bourg reçoit quelques obus légers.
Les Américains ont détruit le tank et les mitrailleuses qui défendaient le croisement des routes de Lorris et de Bellegarde ; on se bat ensuite dans le parc du château de Platteville qui est pris dans l'après-midi, ainsi que plusieurs hameaux. Des batteries de canons sont installées autour du château.

Vers 18 heures, la canonnade recommence, car les Allemands se sont regroupés autour du bourg et dans le «Vieux-Bourg » ; Lisledon est libéré.

Dans l'après-midi encore, quelques tanks américains arrivent de Lombreuil à Vimory, les jeunes gens leur font un accueil enthousiaste quand apparaissent deux tanks allemands venant de Mormant. Un Américain les vise et les démolit, tandis que les soldats se sauvent avec un mourant.

Au nord de Montargis, les Américains qui viennent de Souppes délivrent Dordives vers midi, mais la situation est confuse entre Ferrières et Courtenay : les Américains qui, le dimanche soir, étaient à Souppes, le lundi à Egreville et à Sens, font un mouvement enveloppant vers Montargis, et le mardi ils avaient pris Courtenay, à 14 h.; la Selle-sur-le-Bied, à 15 h.; Bois-le-Roi, à 17 h.; Paucourt, à 17 h. 30.

Dans le même temps, des troupes allemandes parties de Martigues-en-Provence, remontent péniblement vers le nord, à pied ou voitures hétéroclites. Le lundi soir, elles passent à Paucourt et s'arrêtent au hameau de Corbelin.
Le mardi elles traversent la Cléry et dépassent Griselles, mais s'étant heurtées aux convois américains elles reviennent à CorbeIin. Vers 20 heures, 5 à 600 Allemands y sont presque encerclés : la Résistance tient le nord autour de Griselles, les Américains sont à l'est à Nargis, à l'ouest à Bois-le-Roi, et au nord à Paucourt. (Le mercredi à 10 h., l'artillerie américaine bombarde les Allemands qui ripostent faiblement avec leurs 7 canons. La plupart seront faits prisonniers, mais quelques-uns, profitant de l'orage du soir, s'enfuiront vers le nord).

Enfin, dans la même soirée du mardi, Paucourt connaîtra des heures douloureuses dont nous empruntons les détails à la brochure de M. le Curé de Cepoy.

Les tanks américains y arrivent à 17 h. 30 et l'un d'eux arrêté près de l'église carbonise une auto allemande qui vient de Montargis et lançant quelques obus il tue 4 Allemands.

Au "Bout-d'en-Haut", c'est le combat à la mitrailleuse : un Américain blessé est achevé à coup de bottes et de revolver par un Allemand, et comme une femme, Mme Gladel, ne peut cacher son indignation, celui-ci la tue d'une grenade et blesse son gendre. Ici ou là, 22 Allemands sont abattus, qui seront enterrés près du cimetière.

Et maintenant voyons ce qui se passe à Montargis et Châlette dans la journée de mardi.

Dans la matinée, les explosifs posés sur les ponts sont enlevés pour la plus grande joie des habitants. Des avions patrouillent au-dessus de nous et s'attirent quelques coups de D. C. A. Des troupes allemandes s'en vont vers la forêt.
Les soldats logés chez Mme Verdeille placent vers midi un canon de D. C. A. en pleine rue Marceau ; mais vers 14 h., au moment où la canonnade commence, ils déménagent en vitesse ainsi que les deux Françaises qui sont avec eux.

Le canon tonne au-dessus de nos têtes, quelques coups à 14 h., plus longuement à 15 heures.
On entend nettement le départ de l'obus, son sifflement et son point d'arrivée. Certains sont tirés sur la forêt : l'un d'eux tiré trop court, éclate route de Paris et arrose de ses morceaux les maisons Plessy et Blondiaux.

D'autres obus sont envoyés au-delà de Montargis et de la Chaussée aux confins d'Amilly. Les premiers tombent aux Dadots (14 h.), puis une vingtaine aux environs de Viroy, des Bourgoins, du Marchais-Muraillé (15 h.).
C'est ensuite les quartiers de la Croix-Saint-Jacques, de la Justice, de la Maison-Blanche, de la Croix-St-Hippolyte qui sont arrosés. Enfin une dernière salve sur les Dadauds, Viroy, les Petits-Louis, et le calme revient dans le secteur.

La canonnade reprend très forte vers 17 heures sur la forêt et aussi sur les Allemands qui ont au Kilomètre 110 une batterie tirant sur Platteville. Vers 18 heures, des avions qui patrouillent mitraillent abondamment le Quartier de la Gare et la route de Paris.

De 20 h. à 22 heures, le canon fait rage : de Griselles, de Pannes, de Platteville, les Américains tirent sur la forêt et sur les canons allemands qui sont encore route de Pannes, La ferme Rousseau a son toit troué.

Pendant ce temps, les combats se rapprochent. A 12 heures, Résistants et Américains attaquent le poste allemand du pont de Bûges avec échange de grenades et de coups de feu, mais les Allemands encerclés se rendent, pendant que les voisins applaudissent.

Vers 22 heures, deux auto-mitrailleuses contenant une vingtaine d'américains et de F.F.I. entrent dans Cepoy. Ils voudraient surprendre les Allemands qui, toute la journée, ont gardé le pont de la Girafe sur le Loing. Mais aux coups de fusil, personne ne répond et au bout d'une demi-heure les Américains repartent en disant : « A demain matin de bonne heure ».

_________________
Admin du site Loiret 39/45
Passionné d'Histoire Locale et de la Seconde Guerre Mondiale
Adore vivre dans le Loiret
avatar
Fab
Admin

Messages : 1192
Points : 2622
Date d'inscription : 25/08/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://loiret3945.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum