Derniers sujets
» Ciné-conférence à GIDY sur la Résistance
Mer 12 Avr - 19:54 par Enolagay

» VIDEO sur GIEN entre 1940 et 1944
Lun 10 Avr - 22:12 par Fab

» VIDEO retraçant les destructions à ORLEANS en 1940
Lun 10 Avr - 22:02 par Fab

» Archives INA sur les bombardement d'ORLEANS
Lun 10 Avr - 21:58 par Fab

» Les fusillés du Cerf-Bois et du By de MARCILLY EN VILLETTE (Juin 1944)
Lun 10 Avr - 21:49 par Fab

» renseignements, photos, etc. convois AL VF à cepoy
Dim 9 Avr - 6:58 par franckfoto

» Présentation Esther
Lun 27 Mar - 22:27 par Fab

» Presentation de BESNARD
Mar 7 Mar - 8:05 par bcnn

» Présentation Waldberg
Lun 13 Fév - 10:22 par Fab

» PHILIPPE 45 - Merci de votre accueil.
Jeu 9 Fév - 10:41 par Fab

» Présentation Karkov45
Jeu 9 Fév - 10:38 par Fab

» le S T O DANS LE lOIRET
Lun 6 Fév - 7:09 par merovide

Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée


Le gouvernement de Vichy épure ... Des collaborations se créent ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le gouvernement de Vichy épure ... Des collaborations se créent ...

Message par Fab le Ven 25 Fév - 7:18

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le Maréchal Pétain et son épouse sont à Orléans en 1944

Après la débacle et l'invasion, les postes administratifs du département sont bouleversés : parmmi les représentants de l'état, seul le sous-préfet Sarraute continue d'exercer ses fonctions. A Orléans, le préfet Le Moine parti, Jacques Morane lui succède en juin 1940, jusqu'en 1942 où il sera à son tour remplacé. Ensuite viendra le préfet Angelo Chiappe, représentant du "Vichy policier", très engagé dans la collaboration (ce qui lui vaudra d'être condamné à mort à la Libération). Ces deux hommes exercent aussi la fonction de préfets régionaux. En effet, dès juillet 1941, Orléans devient la capitale d'une région qui comprend le Loiret, l'Eure-et-Loire, le Loir-et-cher et le Cher dans leur partie occupée. Après les projets de "décentralisation" de Vichy, beaucoup de notables orléanais espèrent voir leur ville reconnue comme capitale de "province".

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Jean Zay lors de son arrestation

Dans ce régime de force et d'autorité, la police devient de plus en plus importante : des corps spéciaux de maintien de l'ordre viennent s'ajouter aux agents habituels. Cette police sera très vite active en 1944, poursuivant les résistants, ratissant les campagnes à la recherche de maquis...

Dès 1940, les administrations sont "épurées". Jean Z ay en est victime ainsi que d'autres responsables politiques de la IIIème République. En effet, les députés et sénateurs Cabanis et Donon sont expulsés de leur mairie, tout comme le député-maire de Gien, Dézarnaulds. Beaucoup d'élus municipaux du Loiret auront droit au même traitement.

Les Francs-maçons sont aussi victimes de l'épuration. Il leur est non seulement défendu d'adhérer à la franc-maçonnerie, mais en plus, toute fonction publique leur est interdite. Les syndicats sont dissous mais des organisations locales (C.G.T., C.F.T.C....) sont tolérées. L'école publique est réformée, vantant les mérites et les valeurs de Pétain. Les jeunes sont soumis à la propagande. Les associations sportives, les comités des fêtes ainsi que les syndicats et les "corporations de métier" doivent être uniques dans chaque commune. La liberté de presse est supprimée : des journaux comme l'Echo de Pithiviers sont interdits. La population est encadrée : on l'empêche d'adhérer à une autre idéologie que celle de Pétain. Elle doit marcher derrière de "chef" et sa pensée unique. Comme dans tous les régimes autoritaires, les hommes et les femmes (incitées à être "bonnes mères de famille) ne sont plus libres.

Le Loiret voit défiler un grand nombre de "chefs" nationaux de mouvements collaborateurs. Le 1er mars 1942, le président du R.N.P. (Rassemblement National Populaire) Marcel Dérat, prononce un discours à Orléans sur le thème : "Révolution française, révolution européeenne". Le 3 mai 1942, c'est autour de Jacques Doriot, chef du P.D.F. (Parti Populaire Français) de s'adresser aux orléanais. D'autres incitent les jeunes, lors de conférences, à s'engager dans la L.V.F. ou dans la Waffen SS. A Montargis, les représentants des "partis autorisés" (notamment R.N.P.) viennent aussi mener leurs actions de propagande auprès des ouvriers cette fois, espérant les convaincre de partir travailler en Allemagne. Certains militants, simples agents de recrutement pour le S.T.O., deviennent des agents de la Gestapo, d'autant plus dangereux qu'on ne se méfie pas autant d'eux que des allemands. Le summum de la collaboration est atteint avec la création de la milice (police d'état de Vichy) qui traque, espionne et dénonce le moindre fait de résistance. Dès avril 1944, elle recrute des jeunes gens, parmi lesquels se trouvent des anti-communistes et des fascistes, pour combattre les maquis au côté des Allemands.

Peu d'habitants du Loiret ont réellement collaboré. Et puis, il faut inclure parmi eux ceux qui furent victimes du chantage quant au retour des prisonniers de guerre. Alors pour sauver ceux qu'ils aiment ou pour "sauver leur peau", ils ont trahi leur pays... ce qui est humain et compréhensible. Bien sûr, il est inacceptable d'avoir livré des enfants, des résistants, de les avoir torturés... Chaque époque connaît des hommes, des femmes courageux et admirables, mais aussi des traîtres et des lâches...


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
Fab
Admin

Messages : 1172
Points : 2590
Date d'inscription : 25/08/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://loiret3945.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum