Derniers sujets
» Vidéo - ORLEANS 1939 à 1945
Hier à 9:59 par bcnn

» Vidéo - Le maquis de LORRIS et la prise de l'école militaire à PARIS
Jeu 3 Aoû - 22:59 par Fab

» Nouvelle arrivée MARIE-MARTINE et la DAVCC
Mar 1 Aoû - 3:30 par Marie-Martine

» Recherche tombe de mon grand père mort à Sigloy le 18/06/1940
Ven 28 Juil - 2:54 par Fab

» présentation de DURAND
Ven 28 Juil - 2:48 par Fab

» Présentation Didier
Mer 26 Juil - 23:14 par Fab

» Présentation steeven
Jeu 22 Juin - 20:23 par Fab

» Présentation de CGOUACHE
Jeu 22 Juin - 20:16 par cgouache

» Presentation DA SILVA
Lun 29 Mai - 18:35 par DA SILVA

» GIEN : Récit et photos de la Bataille de Gien - 15 au 19 Juin 1940
Ven 26 Mai - 1:58 par Fab

» Gien et Orléans en 1940
Mer 24 Mai - 0:22 par Fab

» Gien, de 1940 à aujourd'hui
Mer 24 Mai - 0:15 par Fab

Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée


Pierre CULIOLI , résistant du réseau PROSPER

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Pierre CULIOLI , résistant du réseau PROSPER

Message par Fab le Lun 8 Nov - 22:03

Pierre Culioli (1912-1994), agent français des impôts, fut, pendant la Seconde Guerre mondiale, chef d'un réseau de résistants : en 1942, il créa et dirigea ce réseau nommé ADOLPHE, dans la région de Tours, Orléans et Vierzon, réseau qu'il rattacha fin 1942 au réseau Prosper-PHYSICIAN de Francis Suttill, dépendant de la section F du SOE (Special Operations Executive). Arrêté par les Allemands à Dhuizon le 21 juin 1943 au début de l'effondrement du réseau Prosper, il fut déporté, notamment à Buchenwald, mais réussit à s'évader.



1940
PIERRE CULIOLI, fils et petit fils d'officier de l'armée française, devient lieutenant d'infanterie. En tant que tel il combat les allemands durant la désastreuse campagne de France de l'été 1940. Il est fait prisonnier. Sa femme , avec laquelle il s'est marié 2 ans plus tôt; est tuée lors d'un bombardement allemand.

1941
Démobilisé en janvier 1941 et se trouvant à Marseille et à Nice, il cherche des filières pour rejoindre les Forces françaises libres. Ses démarches auprès des consulats (Royaume-Uni, États-Unis, Grèce) n'aboutissent pas. En mars, au Mans, il retrouve un ami, le capitaine Floch, qui est en relation avec un groupe action rattaché au réseau SOE AUTOGIRO de Pierre de Vomécourt « Lucas ». Il reprend ses fonctions dans son administration des contributions indirectes, tout en s'intégrant au noyau de résistants de Floch dans la Sarthe. Mais bientôt, voulant se consacrer entièrement à la Résistance, il demande sa mise en disponibilité administrative pour raison de santé. Voyant sa demande bloquée, il quitte son poste sans autorisation. Sur demande de Floch, il va en zone libre rechercher des contacts et des points de passage de la ligne de démarcation pour des personnes qui voudraient se rendre en Espagne ou en Afrique du nord. Puis, après la rencontre d'un autre résistant, Olivier Giran, il travaille pour une filière d'évasion vers la Suisse.


1942
Début de l'année. Erwin Stephens, architecte à Chambéry, lui confie une mission de renseignement, en lui laissant toute latitude pour monter un réseau en zone occupée. Il établit des centres dans plusieurs villes : Blois, Tours, Orléans, Poitiers, Châtellerault, Saint-Maixent, Thouars, Quimper. Mais son activité va se focaliser autour du Loir-et-Cher.

Juin. Un ami, Jean Meunier, député de Tours le met en relation avec Marcel Clech, opérateur radio du réseau MONKEYPUZZLE du SOE dirigé par Raymond Flower « Gaspar ». Le réseau est en attente, car il n'a ni terrains pour les parachutages ni équipes pour les actions. Pierre Culioli demande à son beau-père M. Dutems, de mettre à la disposition du réseau un emplacement sur une propriété qu'il possède à Boisrenard (entre Crouy-sur-Cosson et Nouan-sur-Loire). Il aide Raymond Flower, qui se sent menacé à Tours par la Gestapo, à trouver une retraite sûre, à Avaray chez les époux Bossard.

Juillet. Le 30, Yvonne Rudellat « Suzanne » débarque au cap d'Antibes avec Nicholas Bodington et Henri Frager. Elle vient rejoindre l'équipe dirigeante de MONKEYPUZZLE, comme courrier. Dès le début, il lui vient des doutes sur les capacités et la mentalité de Raymond Flower, et elle préfère s'engager auprès de Marcel Clech et de Pierre Culioli.

Septembre. Un message de Londres annonce un parachutage, dont il va falloir assurer la réception, pour la nuit du 23/24, au-dessus du terrain de Boisrenard. Ce soir-là, Raymond Flower arrive en retard et improvise un balisage risqué, à moins de vingt mètres de la forêt : l'avion repart sans rien larguer. Le lendemain, nouveau message de Londres, même comportement de Raymond Flower. Marcel Clech demande alors à Pierre Culioli et Yvonne Rudellat de prendre l'opération en main. Aidés par deux jeunes beaux-frères de Culioli (Jean et Guy Dutems), ils mettent en place un balisage correct, grâce auquel le parachutage des agents a lieu normalement. Il s'agit d'Andrée Borrel « Denise », courrier de Prosper-PHYSICIAN, et de Lise de Baissac « Odile ».

Octobre. Dans la nuit du 1er au 2, parachutage de Francis Suttill3. La lune suivante, dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre, parachutage au-dessus de Boisrenard de deux opérateurs radio : Gilbert Norman « Archambault », pour le réseau Prosper-PHYSICIAN de Francis Suttill ; et Roger Landes « Aristide », pour le réseau SCIENTIST de Claude de Baissac « David » dans le sud-ouest.

Décembre. Le réseau MONKEYPUZZLE passe sous l'autorité de Francis Suttill. Sur demande de Marcel Clech par radio, Londres rappelle Raymond Flower. Le 31, Francis Suttill confie à Pierre Culioli le secteur Touraine sud, avec Yvonne Rudellat comme adjointe. Cette branche du réseau Prosper-PHYSICIAN s'appellera ADOLPHE, en raison de la petite moustache de Pierre Culioli.


1943
Janvier-mai. Pierre Culioli et Yvonne Rudellat développent ADOLPHE. Ils installent le PC successivement : • chez M. Bréhier, le fondateur du groupe de Meung-sur-Loire/Baule, jusqu'à son décès. • à Pontlevoy, chez Marcel Thenot, au café de l'Ermitage, dans la rue de l'Ermitage. • à Sassay, dans une petite maison trouvée par Théo Berthin, qui les fait passer pour des réfugiés • à partir de mi mai, dans une maison, "Le Cercle", située dans un bois, à quelques kilomètres au sud-est de Veilleins. Ils dirigent l'action de neuf groupes répartis dans le triangle Tours-Orléans-Vierzon, qui réunira au total 358 membres sévèrement sélectionnés. Outre Yvonne Rudellat (alias Jacqueline), citons parmi les lieutenants de Pierre Culioli4 : Roger Couffrant (groupe de Romorantin) ; Albert Le Meur (Chambord/Bracieux) ; André Gatignon (Saint-Aignan/Noyers) ; Julien Nadau et Théo Berthin (Contres) ; le comte et la comtesse de Bernard ainsi que Marcel Buhler (Blois/Huisseau-sur-Cosson) ; Marcel Thenot (Pontlevoy) ; Georges Fermé (Montrichard) ; et André Cheny (Mondoubleau). Citons aussi les responsables des sous-groupes rattachés au groupe de Romorantin : Pierre Chassagne (Selles-sur-Cher), Pierre Constant (Mur-de-Sologne), Prosper Legourd (Châtres-sur-Cher), Gérard Oury (Villefranche-sur-Cher) et Georges Marlot (Villeny).

Juin. Dans la nuit du 15/16, Pierre Culioli et Yvonne Rudellat réceptionnent deux agents canadiens parachutés près de Meusnes, dans la vallée du Cher, au nord de Valençay : Frank Pickersgill « Bertrand » qui vient établir et diriger le réseau ARCHDEACON ; et John Macalister « Valentin » son opérateur radio5. Les quatre restent quelques jours à Romorantin. Dans la nuit du 17/18, ils réceptionnent Pierre Raynaud « Alain », leur dernier agent réceptionné, qui vient rejoindre comme instructeur de sabotage le réseau JOCKEY de Francis Cammaerts « Roger » dans le sud-est.

Bilan de l'action du réseau ADOLPHE au 21 juin 1943 : • réception de 226 containers parachutés • réception de treize agents commissionnés par Londres • sabotage de onze lignes électriques à haute tension – ce qui représente des centaines de pylônes – • six déraillements de chemin de fer, dont trois trains de troupes allemandes • nombreux wagons brûlés • destruction de ponts • réservoirs de pétrole ou d’alcool incendiés • etc.


Aux mains de l’ennemi

Le 21 juin 1943. Ils sont tous les quatre arrêtés par les Allemands.

Pierre Culioli est interné dans une infirmerie allemande près de la gare de Blois, pansé et soutenu par trois piqûres. Il est attaché les bras en croix par des menottes fixées à son lit jusqu'au soir du 22 juin. Il est alors interrogé et battu, mais une piqûre de morphine faite à son arrivée à l'infirmerie atténue la douleur, et il ne révèle rien. Le 24, il est transféré à Paris, 84 avenue Foch. Au cours des interrogatoires auxquels il répond avec beaucoup d’habileté et de courage, il est principalement confronté à l'Hauptsturmführer Karl Langer6. Stupéfait de découvrir que les services ennemis en savent long sur son organisation en particulier et sur le réseau Prosper en général, apprenant d’autre part qu’un pacte a été conclu entre le SD et le chef de réseau, Francis Suttill – dont le sien dépend, il se décide à révéler certaines choses. Le pacte stipulant qu’en échange des dépôts d’armes, les membres de la French Section arrêtés ne seraient pas fusillés, il expose, dans quatre lettres adressées à ses principaux lieutenants, la situation dans laquelle il se trouve et indique quelques emplacements. Au total 89 containers (sur les 226 reçus) entreposés dans trois endroits différents. Malheureusement, ses comptes rendus communiqués par Henri Déricourt au Sicherheitsdienst (SD) détrompent les Allemands, et de nouvelles arrestations ont lieu. L'instruction de son procès dure quelques mois.

Septembre. Culioli est transporté de Fresnes au 3 bis place des États-Unis. Il y voit arriver les Canadiens, assiste fin septembre, à la tentative d’évasion de Frank Pickersgill, ce dont il rendra compte à son retour de déportation.
Novembre. Le 20, il est ramené à Fresnes.


1944
Août. Le 8, il part pour le camp de concentration de Buchenwald. Dans le train qui l’emmène se trouvent également 37 autres détenus appartenant à la section F ou à la section RF.
Octobre. Le 1er, nouveau départ, pour Iéna cette fois, dans un Kommando. Il travaille à réparer des wagons.


1945
Avril. Le 4, il est évacué vers Leipzig. Enfin, quelques jours plus tard, à pied, retrait général en direction de la Tchécoslovaquie. C’est au cours de cette marche que, profitant d’un bombardement aérien, il s’évade avec neuf de ses camarades. Étant parti en éclaireur, il est séparé de ses camarades et repris par un détachement de la Volksturm. Il peut éviter le pire en se faisant passer pour un simple prisonnier de guerre, se dégage une deuxième fois et gagne les lignes américaines. Les Alliés l'enferment pendant cinq jours malgré ses protestations, dans les barbelés, avec les prisonniers allemands. Il est finalement délivré par les soins des Britanniques et rapatrié en France le 20. Il rédige pour les Anglais un rapport détaillé de ses activités depuis son engagement dans la French Section.


Après la guerre

1946. Il est soupçonné d’avoir livré ses chefs, Francis Suttill et Gilbert Norman et, par là, d’avoir provoqué la chute du réseau Prosper et de tous les réseaux qui en dépendaient.

1947. La rumeur s’amplifie et prend de grandes proportions.
Septembre. Le 8, paraît dans La Nouvelle République du Centre-Ouest, une interview de Jean Meunier, par ailleurs président du journal, qui alimente la polémique.
Le 22, Pierre Culioli est inculpé par le juge Trossin et arrêté. Les anciens du réseau ADOLPHE, qui se réunissent peu après l’arrestation de leur chef, écrivent au juge Trossin une lettre de protestation. Il est acquitté du chef d’intelligence avec l’ennemi, mais reconnu coupable d’avoir fourni des renseignements et pour cette raison, condamné aux dépens.


1948
Janvier. Le 22, les anciens du réseau s’adressent au Ministère de la Guerre, réclamant cette fois la mise en liberté de Culioli. Leur requête se termine par ces mots : « L’instruction de cette affaire dure depuis deux ans. Il est possible qu’un décret d’amnistie intervienne. Or nous ne voulons pas que notre camarade bénéficie d’une mesure de clémence générale qui serait infamante pour lui et pour la Résistance. Nous tenons essentiellement qu’il soit jugé ». Gracié, Culioli qui l’entendait de la même oreille, se pourvoit en cassation, au grand émoi de Trossin surpris qu’il ne soit pas satisfait d’être libre. Un commandant Guyon intervient pour souligner que s’il se pourvoie, il sera certainement condamné à une peine très lourde.

Décembre. Le premier jugement est cassé le 2. La cour de Metz est désignée pour un nouveau jugement devant un tribunal militaire.


1949
En dépit des menaces, Culioli est acquitté une seconde fois le 19 mars. Le président Rosambert écrira peu après à l’abbé Guillaume : « Ce sera l’honneur de ma carrière d’avoir présidé l’affaire Culioli. Si vous le rencontrez, serrez-lui la main de ma part. »


1994
Pierre Culioli meurt le 19 août à Mortagne-au-Perche, à l’âge de 82 ans. Il repose au cimetière de Gesvres (Mayenne).


Reconnaissance
Pierre Culioli a reçu les distinctions suivantes :
Grande-Bretagne : King's medal of Courage in the cause of Freedom.
France : Croix du Combattant volontaire ; Croix de guerre 1939-1945 avec palme et étoile d'argent ; Médaille de la France Libre ; Médaille des Évadés ; Médaille de la Déportation et de l'Internement pour faits de Résistance ; Légion d'honneur, Médaille de la Résistance.


http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Culioli
http://www.independent.co.uk/news/people/obituary-pierre-culioli-1446878.html


Dernière édition par Fab le Mer 11 Mai - 21:42, édité 1 fois
avatar
Fab
Admin

Messages : 1186
Points : 2608
Date d'inscription : 25/08/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://loiret3945.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pierre CULIOLI , résistant du réseau PROSPER

Message par Fab le Lun 11 Avr - 7:23



Récit de l'arrestation de Pierre CULIOLI (21 juin 1943)

" Ils s'en vont en voiture à Beaugency, sur la Loire, pour prendre le train pour Paris, en vue de rencontrer les dirigeants du réseau Prosper-PHYSICIAN à la gare d'Austerlitz. À leur grande surprise, ils constatent la présence de nombreux militaires allemands au village de Dhuizon, en Sologne, où, vers 9 heures du matin, leur voiture est stoppée à un point de contrôle. Les deux Canadiens sont isolés pour être interrogés à la mairie. Pierre Culioli et Yvonne Rudellat, qui avaient passé l'interrogatoire sans être arrêtés, attendent les Canadiens dans la voiture, moteur au ralenti. Mais quand les Allemands cherchent à les faire revenir, Pierre Culioli démarre en trombe. La poursuite s'engage et à l'entrée du village de Bracieux, les Allemands ouvrent le feu, atteignant Yvonne Rudellat à la tête. Pierre Culioli la croyant morte lance sa voiture sur un mur pour ne pas être pris vivant. Il n'est que sonné. Pour le maîtriser, un Allemand lui tire une balle dans la jambe droite. Ils sont transportés à Blois. "
avatar
Fab
Admin

Messages : 1186
Points : 2608
Date d'inscription : 25/08/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://loiret3945.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum