Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée


le maquis SAMATHA de Sandillon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

le maquis SAMATHA de Sandillon

Message par Invité le Mer 3 Nov - 22:10

Trouvé sur le net, un bulletin de la mairie de sandillon qui reprend les activités du maquis de son secteur

Le Maquis de Samatha


Le WAR-OFFICE offrant d’armer la Résistance française, cruellement démunie, une délégation de «VENGEANCE» composée de Jean-Louis PAGNON-COLONNA, d’Adrien GUYOT, de Jacques CHEVALLIER, de Pierre BERAULT, fut reçue dans le courant du mois de mai 1944 à NOUAN-LEFUZELIER par le commandant SAINT-PAUL.
Au cours de cette réunion, il fût décidé qu’une mission permanente représentant le groupe BUCKMASTER serait envoyée fin mai dans le Loiret, avec le Capitaine Georges WILKINSON, agent du WAR-OFFICE pour le Loiret, Pierre CHARIE comme délégué représentant le nord du Département et de J.L. PAGNON-COLONNA pour l’Orléanais.


Pierre BERAULT, agent P2, (sous-Lieutenant des Forces Françaises Combattantes) fût désigné par le Commandant SAINT-PAUL pour contacter tous les groupes constitués, afin de les regrouper sous un seul commandement.
Le commandant SAINT-PAUL promit plusieurs parachutages d’armes, de munitions, de vivres, dans la région d’Orléans.


Le commandant SAINT-PAUL tint ses promesses et c’est ainsi que de nombreux parachutages furent effectués sur le plateau Solognot.
Annoncé par le message «LA BROSSE À RELUIRE VA PARTIR», J.L. PAGNON- COLONNA et Pierre BERAULT réceptionnèrent le premier parachutage d’armes effectué à la ferme de la Madeleine, près de Samatha.


Les containers, pesant environ 250 kgs, furent récupérés et transportés en lieu sûr, par des équipes de maquisards partant de la ferme de VILLESANCIEN, tenue par Félicien RO BICHON. De grandes quantités d’armes furent distribuées aux résistants ou entreposées, notamment dans la maison LECLAIRE à Olivet où habitait le Capitaine WILKINSON (700 à 800 kgs d’armes).

La difficulté de réunir une vingtaine d’Orléanais dans les bois de Samatha, sur appel immédiat de la radio, décidèrent J.L. PAGNON -COLONNA d’organiser auprès du terrain de parachutage repé¬ré et homologué, un maquis chargé de recevoir, de transporter, de dégraisser et d’entreposer les armes. C’est ainsi que pris naissance le 10 Juin 1944 le maquis de Samatha.

Le maquis devait d’abord être installé à la ferme de la Madeleine. Jugée ensuite trop en vue, les projets s’orientèrent vers les fermes de Samatha, puis de Champ-Houdry.

Le 10 Juin arrivèrent individuellement à SAMATHA le Chef Henri BARONI, son adjoint LARSEN, Georges GONIN, Klebert DAVID (infirmier), Jacques CHEVALLIER, Marcel THUREAU, François MASSON, Pierre HECQUET Tous logèrent chez le garde-chasse Pierre TOUTIN.
Le 13 Juin, le chef BARONI jugea plus prudent d’installer le maquis dans un bois aux confins de la propriété de Samatha et de celle du Bruel, sous un taillis de chênes et de brémailles. La cuisine était faite par Madame Lucienne MALLET, la femme du jardinier de Champ-Houdry, aidée par sa sœur Rolande GOGUET, tandis que le garde FLEURY prêtait son concours.


Le 21 Juin, un gros parachutage effectué par 4 avions eut lieu à l’est de la ferme de SAMATHA, à la réception du message radio «message pour Etienne : Annette a mangé son coq, deux fois, trois fois et même quatre fois».

L’importance de ce dernier parachutage nécessitant un renfort de personnel important, Pierre BERAULT pris l’initiative d’amener en renfort d’autres résistants cachés à CHECY, à BOU, à MARDIÉ, à LOURY, à TRAINOU, à OLIVET.

Au lever du jour, le 22 Juin, les matériels largués avaient été récu¬pérés, comptabilisés, et transportés par tous les moyens possibles (y compris dans un camion «emprunté» aux Allemands par Pierre BERAULT et Jacques CHEVALLIER) dans des communes voisines pour être mis à la disposition des formations locales de Résistance.
SAMATHA fût l’un des plus gros centres de parachutage du Loiret. Les archives de la R.A.F font état de 50 tonnes d’armes, de munitions, de vivres, d’argent, de récepteurs-radio...

Le 25 Juin 1944, à 8 heures, les soldats allemands de la 2ème compagnie du Régiment de sécurité d’Orléans répartis en 6 groupes, arrivaient à Samatha, guidés par Guy EYMARD dit «Gérard», un dénonciateur au service de la Guestapo.

Gérard LONGUET et Guy TRESSOU, qui rapportaient à la ferme les récipients ayant contenu le petit déjeuner, furent surpris par les Allemands qui déclenchèrent aussitôt un tir d’armes automatiques. Gérard LONGUET, non atteint par les balles, pût rejoindre le bois. Malheureusement, Guy TRESSOU fut abattu par une rafale. Ces premiers tirs donnèrent l’alerte au camp tout proche. Le repli des maquisards s’effectua en ordre, les uns tirant sur les assaillants pendant le repli des autres.

En raison de la méconnaissance du terrain boisé, les Allemands cessèrent la poursuite, laissant sur le terrain de nombreux soldats, tués ou blessés (le chiffre de 25 a été prononcé au cours d’un procès et les habitants de Sandillon ont vu passer 3 ambulances allemandes).

Après avoir décroché, les maquisards gagnèrent le Gué de la Thas ( commune de Marcilly-en - Villette), et FRANQUEVILLE, sur la commune de Vienne-en-Val. D’autres se cachèrent à VILLESANCIEN, (commune de Saint-Cyr-en-Val).

Dans l’après-midi, J.L. PAGNON -COLONNA, prévenu de cette attaque et de son issue, donna l’ordre de dispersion des maquisards, tout regroupement paraissant impossible pour le moment. Les uns rentrèrent chez eux, d’autres recommencèrent la lutte ailleurs.


Après l’espoir, les épreuves

A cause de leur servilité envers les Allemands et de leur ignominie, Guy EYMARD, alias «Gérard», Pierre HECQUET et quelques individus aussi félons que ces deux abjects personnages, provoquèrent l’entrée en action de la GESTAPO. Les dénonciations, les brutalités, les sévices, les aveux obtenus, entraînèrent de nombreuses arrestations, suivies pour la plupart de déportations vers les camps nazis.




Le 3 Juillet 1944, Marcel GIBAULT et Pierre TOUTIN quittèrent SAMATHA pour entrer dans la clandestinité. Ils se réfugièrent pendant quinze jours à Mareau-aux-Prés, puis, jusqu’à la libération, dans une ferme d’Ardon isolée au milieu des bois, la Trépilonière.
Pendant la journée du 31 Juillet, la police allemande procède à l’arrestation de 17 membres du groupe «VENGEANCE».

A quatre heures du matin, la rafle commence par Madame Bérangère TOUTIN, à défaut de son mari Pierre, en fuite depuis le 3 Juillet, puis par Léon BENARDOT, qui est aussi
tôt enchaîné avec Bérangère TOUTIN, le garde de Champ Houdry, Monsieur FLEURY, la cuisinière du maquis, Lucienne MALLET, et sa sœur Rolande GOGUET
A 13 heures, à défaut de Marcel GIBAULT, en fuite avec Pierre TOUTIN , les Allemands arrêtent son épouse Andrée.

Sont ensuite arrêtés le garde du Bruel, François MASSON, Monsieur Pierre DESCHAMPS, Mademoiselle Suzanne LEGER (son père Philibert avait été arrêté le 29 Juin), Monsieur Gaston C RO ISILLE, Directeur d’école, Monsieur Louis JULLIEN (dit Jean-Pierre), entrepreneur de machines agricoles, puis Monsieur Robert JAMET, (à Orléans), Monsieur et Madame Henri BESNARD (à Olivet).

Le ciel de Sandillon vient de s’assombrir douloureusement.

Les patriotes qui purent continuer la lutte et connaître la victoire, ceux qui eurent la chance d’échapper à l’extermination, tous ceux-là se retrouvèrent en 1946.

Ces rescapés, avec l’accord de Monsieur et Madame Jacques DESCHAMPS, propriétaire du château de CHAMP-HOUDRY, firent élever une stèle à l’entrée du bois des Buffières.

L’emplacement des soutes et des cabanes construites en 1944 est encore visible mais le site, par la force des choses, s’est complètement modifié. Chaque année, la commémoration de ces tragiques évènements a lieu dans le bois des Buffières, avec l’aimable autorisation des propriétaires des lieux. Les participants peuvent se recueillir devant une autre stèle érigée à l’emplacement exact où Guy TRESSOU a été abattu à l’âge de 30 ans.


La Commune de SANDILLON a donné le nom de «rue du Maquis de SAMATHA» à l’une de ses voies de circulation.




Dernière édition par alfons le Ven 5 Aoû - 19:54, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: le maquis SAMATHA de Sandillon

Message par Invité le Mer 3 Nov - 22:15

Très Bonne article Very Happy

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: le maquis SAMATHA de Sandillon

Message par Invité le Lun 15 Avr - 20:18

Je me souviens de mon enfance ou je me promenais avec mon grand père le long du Morchène entre le bois de Reyville et l'étang des terres noires...je me souviens qu'il nous disait que du coté du "trou à vache" un petit coin du Morchène très marécageux, il faudrait creuser pour retrouver des vieilleries cachées dans de la graisse en cas "d'urgence"...
vu le nombre d'années cela peut avoir rouillé...mais si c’était bien emballé dans de la graisse et des chiffons...cela peut avoir résisté au temps...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: le maquis SAMATHA de Sandillon

Message par Invité le Lun 15 Avr - 21:39

Pas forcement, dans la graisse pas mal de chose se conserve!

"En cas d'urgence", de quoi s'agissait-t'il?


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: le maquis SAMATHA de Sandillon

Message par bcnn le Ven 17 Juin - 10:09

Bonsoir
Je souhaiterai me rendre sur le monument du maquis de Samatha mais je ne le trouve indiquer nulle part. Qui pourrait me donner des informations ?
Merci d'avance
Bertrand

bcnn

Messages : 35
Points : 49
Date d'inscription : 30/10/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le maquis SAMATHA de Sandillon

Message par merovide le Sam 18 Juin - 23:17

Bonjour,

Il faut attendre la cérémonie commémorant le 25 juin 1944, l'attaque du maquis de Samatha. Le monument est situé sur un domaine privé. Il faut suivre la cérémonie et le cortège jusqu'au bois de Samatha. C'est le seul jour ou vous pouvez vous rendre sur les lieux en tant que public...

Bonne journée

merovide

Messages : 72
Points : 116
Date d'inscription : 20/10/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le maquis SAMATHA de Sandillon

Message par Fab le Lun 20 Juin - 7:02

Cette année, la commémoration du maquis de Samatha avait lieu dimanche 19 juin 2016.

_________________
Admin du site Loiret 39/45
Passionné d'Histoire Locale et de la Seconde Guerre Mondiale
Adore vivre dans le Loiret

Fab
Admin

Messages : 1162
Points : 2572
Date d'inscription : 25/08/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://loiret3945.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: le maquis SAMATHA de Sandillon

Message par bcnn le Lun 20 Juin - 9:48

Bonsoir,
Merci de vos réponses. Je comprend mieux que je n'ai pas pu trouver l'endroit du monument.
Bertrand

bcnn

Messages : 35
Points : 49
Date d'inscription : 30/10/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: le maquis SAMATHA de Sandillon

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 1:17


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum