Derniers sujets
» Vidéo - ORLEANS 1939 à 1945
Jeu 3 Aoû - 23:03 par Fab

» Vidéo - Le maquis de LORRIS et la prise de l'école militaire à PARIS
Jeu 3 Aoû - 22:59 par Fab

» Nouvelle arrivée MARIE-MARTINE et la DAVCC
Mar 1 Aoû - 3:30 par Marie-Martine

» Recherche tombe de mon grand père mort à Sigloy le 18/06/1940
Ven 28 Juil - 2:54 par Fab

» présentation de DURAND
Ven 28 Juil - 2:48 par Fab

» Présentation Didier
Mer 26 Juil - 23:14 par Fab

» Présentation steeven
Jeu 22 Juin - 20:23 par Fab

» Présentation de CGOUACHE
Jeu 22 Juin - 20:16 par cgouache

» Presentation DA SILVA
Lun 29 Mai - 18:35 par DA SILVA

» GIEN : Récit et photos de la Bataille de Gien - 15 au 19 Juin 1940
Ven 26 Mai - 1:58 par Fab

» Gien et Orléans en 1940
Mer 24 Mai - 0:22 par Fab

» Gien, de 1940 à aujourd'hui
Mer 24 Mai - 0:15 par Fab

Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée


Combats de la 3e Compagnie du 37e Bataillon de Chars de Combat - 1940

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Combats de la 3e Compagnie du 37e Bataillon de Chars de Combat - 1940

Message par Fab le Mer 3 Nov - 2:49

Combats de la 3e Compagnie du 37e Bataillon de Chars de Combat à Binas (Loir et Cher) 1940


Après des combats en Mai 1940 dans le Nord de la France (Rethel, Aisne, ...) , la compagnie GAUDET arrive dans le Loiret lors de sa retraite, pour tenter de fixer les troupes allemandes sur la Loire.

texte tiré du Journal de Marche de l'unité :

" 17 juin 1940
A Vallempuy , après ravitaillement en essence, la Compagnie reçoit à 15h30, l’ordre d’occuper Binas (Loir et Cher) . A l’arrivée dans ce village, le POITOU n’ayant plus d’accus et de génératrice Viet détérioré, est dirigé vers le Sud de la Loire, pavillon de MUIDES (entrée du domaine de CHAMBORD). Le chef de char pour ce mouvement est le Sergent-Chef Bouichou.

La Compagnie s’établit sur le pourtour du village avec pour mission d’interdire les voies d’accès en direction de VERDES (de Dufourcq) ; en direction de l’Est vers MENAIN VILLE et ABLAIN VILLE (deux chars du 47e BCC intégrés momentanément dans la 3/37e) ; dans la direction d’ORLEANS (Adde), en direction de BEAUGENCY (de Laromignière).

Le Lieutenant Gaudet garde comme adjoint le Lieutenant Bounaix.

Vers 18 heures, une colonne d’automitrailleuses allemandes est signalée sur la route de VERDES - OUZOUER. La mission des chars reste inchangée : cependant, la Section de Dufourcq reçoit l’ordre de se tenir prête à contre-attaquer en tournant le village en direction de l’Est pour appuyer l’action des chars du 47e BCC et du char du S-Lieutenant Adde qui doivent vraisemblablement avoir les premiers le contact avec l’adversaire.
Le Lieutenant Gaudet garde sur la place centrale du village, un char B en réserve qui lui sert en même temps de PC.

Vers 19h30, un officier et des soldats allemands agitant des cartes se présentent devant les chars de la Compagnie, se disant parlementaires. Ils sont immédiatement appréhendés et dirigés sur la Division.

Quelques minutes après, le S-Lieutenant Adde ouvre le feu sur deux automitrailleuses qui s’avancent à 400 m dans son secteur de tir. Il les détruit. Attiré par le bruit du combat, le S-Lieutenant Bourlier se porte aux côtés du S-Lieutenant Adde et fait sauter un stock de munitions ou d’essence allemand contenu dans un camion.

Les chars du 47e, des S-Lieutenants Adde, Bourlier, Besnier et de Dufourcq interdisent de leurs feux l’accès au village à des fantassins allemands qui, ayant débarqué de camions, tentent de s’infiltrer dans les blés. Quelques mitrailleuses allemandes, malgré les chars, ouvrent le feu sur la place du village, quelques obus de 77 tombent aux lisières, la contre-attaque du S-Lieutenant de Dufourcq n’est pas déclenchée.

Le Colonel, Commandant la 1/2 Brigade décide que le décrochage des chars B de la 3/37e, protégeant le repli de la 4e DCR, aura lieu à la tombée de la nuit. Le Commandant de Compagnie prend liaison avec le Capitaine de Cavalerie, Commandant un Escadron d’A.M.R. de la Division pour régler les détails du mouvement.
A cette heure, à la faveur de la demi-obscurité, la pression allemande s’accentue, les infiltrations de fantassins au travers des champs de blé sont plus denses. Tout le village est cerné et il y a force tirs de mitraillettes.

Quand toute la colonne de la DCR a quitté Binas par la route de Colombe, sur l’ordre du Commandant de Compagnie (transmission motocycliste), les chars hormis la section de Dufourcq située sur l’itinéraire de repli et que le Lieutenant Bounaix préviendra du décrochement, se rallient sur la place du village et le départ s’opère sans perte, malgré les feux de mitrailleuses, les chars encadrant la voiture de liaison et la voiture PC. "
avatar
Fab
Admin

Messages : 1186
Points : 2608
Date d'inscription : 25/08/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://loiret3945.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum