laisser un message

Agrandir le chat .
Derniers sujets

M. Jacques Billard : les camps d’internement du Loiret durant la Seconde Guerre Mondiale.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

M. Jacques Billard : les camps d’internement du Loiret durant la Seconde Guerre Mondiale.

Message par Invité le Mar 19 Oct - 23:56




J'ai assisté au collège à sa prestation sur les camps. C'est très bien raconteé par l'intermédiaire de la philatélie...

Devoir de mémoire au Lycée Durzy
M. Jacques Billard : les camps d’internement du Loiret durant la Seconde Guerre Mondiale.


http://www.lyceedurzy.com/php5/spip.php?article67

Ce sont des évènements encore peu connus de la Seconde Guerre Mondiale que le montargois Jacques Billard vient évoquer au CDI, depuis plusieurs années maintenant, devant les lycéens : l’existence des camps d’internement à Pithiviers et à Beaune-La-Rolande.



Retraité des Ponts et Chaussées, Jacques Billard est depuis plus de vingt ans un philatéliste passionné : "Je collectionnais les timbres, nous a t-il confié, puis je me suis aperçu qu’ils n’étaient pas les seuls à présenter de l’intérêt. Les enveloppes aussi avec les cachets que l’on pouvait faire parler, et dans les enveloppes, parfois, des lettres avec lesquelles on pouvait faire revivre l’Histoire."



Ses centres d’intérêt philatéliques se portant sur les périodes de guerre autour de Montargis au cours des deux derniers siècles, c’est ainsi qu’il a découvert l’existence de ces deux camps, sur lesquels peu d’études ont encore été menées. Au fil de ventes aux enchères et de rencontres avec des témoins de l’époque ou leurs descendants, il a étoffé sa collection en cartes postales, cachets de censure, lettres mais aussi - documents extrêmement rares - en photographies. Il en a fait une exposition qu’il présente maintenant dans les établissements scolaires.

Son but : transmettre ce savoir et cette connaissance aux jeunes générations afin d’en conserver la mémoire. "Le secret s’est abattu sur cette partie de l’histoire ; peu de monde, à Pithiviers comme à Beaune-La-Rolande, sait ce qui s’est passé dans ces camps, notamment l’internement des enfants."

L’exposition suscite un grand intérêt et de nombreuses questions chez nos adolescents :



Dès la déclaration de guerre, en 1939, le gouvernement Daladier fait édifier à travers toute la France des camps destinés à recevoir les futurs prisonniers allemands. C’est ainsi que sont créés les camps de Pithiviers et de Beaune-La-Rolande, deux communes bénéficiant d’une bonne desserte ferroviaire. Les deux camps restent inoccupés jusqu’à la débâcle de juin 40 : les Allemands s’en servent alors pour enfermer les prisonniers français, avant leur transfert vers l’Allemagne.

En mai 1941 intervient l’affaire du Billet Vert, première application majeure de la loi du 4 octobre 1940 sur l’internement des "étrangers de race juive". La préfecture de Paris envoie 6500 convocations imprimées sur du papier de couleur verte. Le lendemain, 3700 hommes se présentent pour "examen de leur situation". Ils sont immédiatement arrêtés et transférés par train aux camps de Beaune et de Pithiviers où ils resteront plus d’un an, jusqu’en juin 1942, quand les premiers convois vers Drancy puis Auschwitz partent des camps du Loiret. Il n’y aura qu’une centaine de survivants. Juillet 1942. Plus de 3000 personnes, arrêtées lors de la Rafle du Vel’ d’Hiv’, sont transférées à Beaune et à Pithiviers. Il s’agit pour l’essentiel de femmes et d’ enfants. La situation devient vite épouvantable : les camps n’avaient été prévus que pour 1500 occupants, l’hygiène est inexistante, les épidémies se multiplient. Début août, les femmes sont envoyées vers Auschwitz : les mères sont violemment séparées de leurs enfants. Pendant quelques semaines, ces derniers resteront seuls, livrés à eux-mêmes, avant d’être déportés à leur tour. Jusqu’en juillet 1943, date de sa fermeture, le camp de Beaune servira d’annexe à celui de Drancy, en recevant des juifs arrêtés sur tout le territoire. Dans celui de Pithiviers, seront enfermés des sympathisants communistes et des résistants. De 1941 à 1943, ce sont plus de 18000 juifs, dont 4000 enfants, qui furent internés dans ces deux camps, points de départ pour les chambres à gaz. Les camps étaient placés sous l’autorité du Préfet du Loiret et gardés par des gendarmes et des douaniers français.

Quelques ouvrages sur le sujet :

Sans oublier les enfants.- Conan, Eric.- Grasset, 1991 Une enquête sur l’internement des enfants juifs de La Rafle du Vel’ d’Hiv’ aux camps de Pithiviers et de Beaune La Rolande à l’été 42.

La France des camps : l’internement 1936-1948.- Peschanski, Denis.- Gallimard, 2002 (La suite des temps). Une étude approfondie des nombreux camps (dont ceux du Loiret) existants en France de 1938 à 1946.



Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: M. Jacques Billard : les camps d’internement du Loiret durant la Seconde Guerre Mondiale.

Message par Fab le Jeu 25 Nov - 21:33

avatar
Fab
Admin

Messages : 1189
Points : 2617
Date d'inscription : 25/08/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://loiret3945.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum