La Résistance dans le secteur de Gien

Aller en bas

La Résistance dans le secteur de Gien

Message par merovide le Mar 15 Jan - 1:46

Document maquis d'Ivoy:

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
merovide
merovide

Messages : 215
Points : 379
Date d'inscription : 20/10/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Résistance dans le secteur de Gien

Message par Ourson le Mar 15 Jan - 3:07

Merci pour ce document.
Vous évoquez la possibilité que des résistants de Gien aient rejoint entre mars et juin 44 le maquis d'Ivoy, dans le Cher. Dans ce document, il est question du 23 août 44 et donc d'une opération des FFI.
J'ai trouvé aussi le témoignage d'un résistant du Corps-Franc 'Vengeance' de Briare, citant le regroupement des résistants de ce groupe dans un maquis 'Vengeance' vers juin ou juillet 44 (date peu précise) entre Thou et Faverelles, près de celui de Saint-Privé dans l'Yonne. Certains des résistants giennois pourraient aussi s'en être rapprochés.
La situation géographique du Loiret, aux limites du Cher, de l'Yonne et de la Nièvre est très particulière, ... ce qui ne facilite pas les recherches.

Ourson

Messages : 13
Points : 15
Date d'inscription : 12/01/2019

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Résistance dans le secteur de Gien

Message par merovide le Mar 15 Jan - 3:59

"Vous évoquez la possibilité que des résistants de Gien aient rejoint entre mars et juin 44 le maquis d'Ivoy, dans le Cher. Dans ce document, il est question du 23 août 44 et donc d'une opération des FFI."

Effectivement, car dans le Loiret on nous a toujours affirmé que se sont les FFI de Bildstein (donc du Loiret) qui ont investit Gien... Mais je pense qu'il faut trouver d'autre document pour avancer... Rolling Eyes
merovide
merovide

Messages : 215
Points : 379
Date d'inscription : 20/10/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Résistance dans le secteur de Gien

Message par Ourson le Mar 15 Jan - 4:23

Sur ce point, je suis totalement formelle : Ernest Bildstein n'a pas été ... que FFI (Surtout ne voyez surtout aucune appréciation péjorative au 'que FFI !).

Après son engagement dans les Corps-Francs de Claude Lerude, il a même participé avec un autre résistant giennois, à une ''session de formation des cadres de la Résistance'' à Cerizy-Belle-Etoile, près de Caen. (une dizaine de jours ? début décembre 43)
Il se rendait aussi, presque chaque semaine, à des réunions à Orléans pour y prendre les ordres

Ourson

Messages : 13
Points : 15
Date d'inscription : 12/01/2019

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Résistance dans le secteur de Gien

Message par merovide le Mar 15 Jan - 7:32

"Ernest Bildstein n'a pas été ... que FFI."
Qu'est ce que vous voulez dire? Buckmaster... Question
merovide
merovide

Messages : 215
Points : 379
Date d'inscription : 20/10/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Résistance dans le secteur de Gien

Message par Ourson le Mar 15 Jan - 7:38

Bonjour,

Je veux dire simplement qu'Ernest Bildstein était engagé dans la résistance avant les faits cités par Merovide.

Je l'ai précisé (afin d'éviter toute polémique) : ''aucune appréciation péjorative de ma part dans le ''..que FFI''.

Ourson

Messages : 13
Points : 15
Date d'inscription : 12/01/2019

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Résistance dans le secteur de Gien

Message par merovide le Mar 15 Jan - 8:52

Faut pas me tendre des embuscades avec des mots pareils clown Wink
merovide
merovide

Messages : 215
Points : 379
Date d'inscription : 20/10/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Résistance dans le secteur de Gien

Message par Ourson le Mar 15 Jan - 11:09

Je ne suis pas en guerre et ne tends aucune embuscade.
Si le fait d'avoir précisé qu'avant le débarquement Ernest Bildstein était engagé dans la résistance constitue une embuscade, la recherche d'informations paraît mal engagée.

Vous avez écrit ''les FFI de Bildstein'', ce qui correspond aux fonctions de commandement qui ont été données à Ernest Bildstein dans le cadre de l'organisation des FFI, au moment du débarquement.
Pour autant, il n'a pas reçu l'ordre de prendre ce commandement par 'hasard' mais bien parce qu'il était connu dans le département, sans nul doute de par son engagement antérieur dans la résistance.
S'il est interdit de chercher des précisions sur ce point,
je retourne study

Ourson

Messages : 13
Points : 15
Date d'inscription : 12/01/2019

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Résistance dans le secteur de Gien

Message par merovide le Mar 15 Jan - 23:40

"Vous avez écrit ''les FFI de Bildstein'', ce qui correspond aux fonctions de commandement qui ont été données à Ernest Bildstein dans le cadre de l'organisation des FFI, au moment du débarquement.
Pour autant, il n'a pas reçu l'ordre de prendre ce commandement par 'hasard' mais bien parce qu'il était connu dans le département, sans nul doute de par son engagement antérieur dans la résistance.
S'il est interdit de chercher des précisions sur ce point,
je retourne study"


Alors, d'après le livre de Paul GUILLAUME, Au temps de l'héroisme et de la trahison, on sait que de 1943 au 16 janvier 1944, M. BILDSTEIN avec M. DEMAIRE développent le corps franc Vengeance de Gien. Après ils s'en vont comme vous avez écrit plus haut et reviennent au mois de mai 1944 et développent des sections de Résistance à Coullons, Poilly, Saint-Gondon, Cerdon, Autry-le-Châtel, Saint-Martin-sur-Ocre, Saint-Brisson. Ils sont en liaison avec le groupe d'Argent dans le Cher. Mais apparement aucun mot sur la création des maquis... Et rien sur avant 1943...Question

Voilà pour le moment, je retourne study
merovide
merovide

Messages : 215
Points : 379
Date d'inscription : 20/10/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Résistance dans le secteur de Gien

Message par Ourson le Mer 16 Jan - 0:02

Bonjour,
Oui, c'est ce que je vous ai écrit et, si la période d'après juin 44 est assez bien décrite, celle d'avant ne l'est pas.
Si l'ouvrage l'abbé Guillaume apporte de précieuses indications sur le Loiret, François Wetterwald, à la page 45 de son ouvrage ''Vengeance, Histoire d'un Corps-Francs'',ouvrage rédigé à partir de rapports transmis à l'état-major du réseau, indique la formation de deux compagnies à Gien en 43.
Les réponses qu'il pourraient être intéressantes de trouver sont celles relatives au parcours des résistants de ces deux compagnies et certainement davantage par de possibles témoignages de familles plus que par des écrits.
Peu de temps aujourd'hui.

Ourson

Messages : 13
Points : 15
Date d'inscription : 12/01/2019

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Résistance dans le secteur de Gien

Message par merovide le Ven 18 Jan - 2:38

J'ai retrouvé une documentation, que l'on m'avait envoyé sur le parcours de M.BILSTEIN et il parle de ses débuts: study

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
merovide
merovide

Messages : 215
Points : 379
Date d'inscription : 20/10/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Résistance dans le secteur de Gien

Message par Ourson le Ven 18 Jan - 7:49

Bonjour à tous,

Merci pour ce document qui confirme bien la constitution d'une compagnie.
Je suis pas assez habile pour le mettre en ligne, et j'en suis vraiment désolée, mais dans le témoignage d'un résistant de ce Corps-Franc, je lis :
- septembre 43 : recrutement immédiat d'un groupe de 12 hommes. Le lieutenant Bildstein, en sa qualité d'Officier de réserve, prend le commandement de la 41ème compagnie alors en formation.
- Reconnaissance de terrains de parachutage et de cantonnement possible du maquis à La Jouanne (Les Choux) et de cantonnement possible de maquis (Mac Gueule) Gien.
[...]
- décembre 43 : prise de commandement de la 1ère section de la 41è compagnie (groupe Chauveau et groupe Perronnet).
[...]

Ce document montre que plusieurs sections de ce réseau étaient constituées localement - je veux dire, sud-est du Loiret. Pour Briare, j'ai trouvé le nom de Georges Hayer, receveur buraliste.

Sauriez-vous combien de résistants pouvait compter une compagnie ?

Plus loin, ... (toujours pour cette seule section ; il s'agit donc bien de la Cie Bildstein) :
- janvier 44 : Liaison avec Marchand (transmission de renseignements, particulièrement en ce qui concerne la caserne de Gien et son annexe Bois d'Emblay (plan général, matériel, rendement).
[...]

Existerait-il d'autres traces, d'autres témoignages de résistants sur cet aspect du renseignement ?

Ourson

Messages : 13
Points : 15
Date d'inscription : 12/01/2019

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Résistance dans le secteur de Gien

Message par merovide le Sam 19 Jan - 3:09

- Les Choux c'est possible, il s'agit d'un secteur avec des bois.

- Gien (Mac Gueule)----c'est quoi SVP???

J'ai trouvé les noms de 10 personnes ayant appartenu à la compagnie:

André LELIEVRE / mort le 18 août «la côte des vignes» à Saint-Gondon
André DEROIN / mort le 18 août «la côte des vignes» à Saint-Gondon
Georges SEVERE / mort le 18 août «la côte des vignes» à Saint-Gondon
Maurice ESPINASSE / instituteur / rescapé du 18 août «la côte des vignes» à Saint-Gondon
M.GAUDICHON
M.DEMAIRE / chef de section
M.DESHAYE / chef de section
M.AUGER
M.D. PRIGNIAU / 37ans mort le 27 août 1944 à Coulons
M.J.BRUNEAU / 21 ans mort le 27 août 1944 à Coulons

Après il est fait état de l'existance du maquis de Coulons avec 50 personnes sous ses ordres...
Arrow study


merovide
merovide

Messages : 215
Points : 379
Date d'inscription : 20/10/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Résistance dans le secteur de Gien

Message par Ourson le Sam 19 Jan - 7:07

Bonjour,

Mac gueule, c'est un lieu-dit, entre Gien et Les Choux. Ils cherchaient en septembre 43 un endroit où pourrait être implanté un maquis. Je ne sais si ce maquis a ou non été formé.
C'est 8 mois plus tard, le 30 mai 44, que sur ordre de l'Intelligence Service, ils passent au sud de la Loire.
Le maquis s'est d'abord installé au Petit-Piat à Coullons puis toujours à Coullons, aux Etourbes, la ferme de la famille de M. Muntzer. D'autres maquis ont été installés : Cerdon, St-Gondon, Poilly ...
Il m'a été dit qu'ils avaient pris la décision de former de 'petits' maquis. Mais tous ces maquisards étaient de la Cie Bildstein dans les combats de la libération.

Les noms cités dans mon précédent message apparaissent dans le document évoqué et aussi dans un fonds d'archives de l'abbé Guillaume, avec précision des dates d'engagement. Ce fonds est déposé aux AD 45, site de la rue d'Illiers.
Dans son ouvrage l'abbé Guillaume ne pouvait relater tous les événements et encore moins citer tous les noms. Ou alors, il lui aurait fallu 10 volumes !
Ses notes permettent de voir la multitude de renseignements qu'il a collectés.
Je suis giennoise d'origine et certains noms ont éveillé ma curiosité. Des personnes que j'ai côtoyées dans mon enfance !
C'est sur la période d'avant le maquis de Coullons que j'aimerais trouver des précisions, en rapport par exemple avec les renseignements transmis sur la caserne.

Ourson

Messages : 13
Points : 15
Date d'inscription : 12/01/2019

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Résistance dans le secteur de Gien

Message par merovide le Lun 21 Jan - 6:39

Sur la carte cela s'écrit pas «Mac Gueule» mais «Moque Gueule», c'est une zone boisée propice à un camp et voisin de la «Jouane».

Avant 1943, on apprend que Claude LERUDE a fait parti des Scouts Routiers et a dirigé un Chantier de Jeunesse en 1940 de 200 personnes. Je pense que c'est dans ses deux milieux qu'il faut chercher le début d'une activité clandestine. La plupart des maquis n'apparaissent pas avant le printemps 1944. Et Claude LERUDE ne fait pas parti de «Vengeance» avant 1943, alors que le mouvement a déjà commencé quelques actions. Il s'agit donc de multiples parcours individuels à la base. Je pense aussi qu'il faut remonter aussi le parcours de Henri DESHAYES, qui proposera a BILDSTEIN de s'occuper de Gien.

Je ne peux plus rien apporter pour le moment sur le sujet, merci pour vos informations... study

A plus tard,

Cordialement,

merovide
merovide
merovide

Messages : 215
Points : 379
Date d'inscription : 20/10/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Résistance dans le secteur de Gien

Message par Ourson le Mar 22 Jan - 7:24

Bonjour Merovide,

Vous décrivez parfaitement la situation et les parcours individuels antérieurs sont effectivement importants.

Je tiens à le redire : pas d'embuscade à l'horizon ... Il y avait d'autres réseaux dans ce secteur du département, réseaux tous très actifs : les FTP et une section du groupe Chanzy à Bonny, Résistance, le Front National, ..., Libération-Nord du Dr Ségelle, de Jean Joudiou, et de Paul Frézot (la renommée dans le monde sportif de son frère Emile n'est plus à faire mais toute la famille était bien connue des giennois) ...
Pas de ''concurrence'' entre eux. Ils luttaient tous pour la même cause.

J'essaie ici d'écrire ce que je sais des parcours individuels (et qui serait à compléter) :
- des 'giennois' du corps-franc de Gien (en souhaitant que d'autres familles de résistants de ce Corps-Franc se signalent ! C'est en ce sens que j'ai engagé ce sujet sur votre forum qui apparaît dans toutes les recherches sur le Loiret.) ;
- de Claude Lerude, qui fut le fondateur de tous les corps-francs 'Vengeance' du Loiret puis responsable de la région VIII

Ernest Bildstein était instituteur. Il était pour l'armée Lieutenant de réserve, déclaré invalide à 100 % en raison d'une pleurésie contactée en service. Ses opinions apparaissent dans le fait qu'il était ''instituteur alsacien replié'' (On dit alsacien, y compris pour les instituteurs lorrains, car tous dépendaient de l'Académie de Strasbourg). Il fut nommé en octobre 1940 à l'école du centre à Gien. M. Pierre, lorrain lui aussi et ami d'Ernest Bildstein, était directeur de l'école de Coullons. La coopérative scolaire et postscolaire de l'école était l'Abeille de Gien.
Voici quelques extraits du portrait qu'en dresse M. Roger Dupré, un de ses élèves [documents aimablement transmis par le fils de M. Dupré] : C’est à la rentrée des classes d’octobre 1940 que monsieur Bildstein arrive dans notre école. C’est mon instituteur au cours moyen. Une bien triste rentrée dans une ville dont le coeur est en ruines : certains de nos maîtres sont prisonniers, ainsi que des pères de nos petits camarades.[...]
Son regard franc et sincère dès le premier contact sait retenir toute notre attention. [...] Avec beaucoup d’entrain, il fait participer la classe à une soirée donnée au profit des Prisonniers de guerre, l’hiver 1940-1941. Le spectacle de chants a lieu à l’Artistic Cinéma abrité dans un baraquement place du château. Dès le printemps 1941, il crée au sein de l’école un petit groupe de scoutisme, jeux et promenades à la campagne, accompagné d’autres maîtres. Il y consacre tous ses jeudis. Aux grandes vacances d’été 1941, il organise un séjour à Sainte-Geneviève-des-Bois dans une ferme. [...]


Henri Deshayes, né en 1918, effectua son service militaire à Orléans. Dans son cahier de soldat il indique : 26 août 1939 départ par route de Rebréchien (45), colonnes à roues 5h30, colonnes à chenilles 6h00. [... récit au jour le jour] ; lundi 3 juin 1940, embarquement jetée de Dunkerque sur petit bateau de pêche ; sommes survolés par des bombardiers allemands. Nous en sommes quittes pour un plat-ventre de plus. Reste de la traversée très calme, sommes protégés par 4 avions britanniques.
Ces soldats français seront rapatriés le 7 juin 1940 par Brest, puis Tarbes, Coarraze-Nay le 22 juin 1940. Démobilisation le 20 octobre 1941.
Rapatriés en zone libre, ces soldats ne seront pas comme leurs camarades prisonniers de guerre en zone occupée envoyés dans des camps en Allemagne.
Il se destinait certainement au métier d'instituteur : sur le registre matricule, il est précisé 'Etudiant', puis 'Instituteur'. Durant la période d'occupation, il occupa un emploi de secrétaire de mairie à Gien. Il était basketteur à l'Abeille de Gien.

Sans aucun doute possible, tous deux se sont connus à l'Abeille.

Claude Lerude est né le 30 juin 1920 [Hommage à Claude Lerude – F. Wetterwald ; site de Marc Chantran] et s'est engagé dans le 131e RI.
Aux AD 45 dans un témoignage d'André Guyot qui fut l'adjoint de Lerude pour le Loiret, écrit que celui-ci était influent dans un cercle d'officiers et qu'il amena ainsi nombre d'entre eux vers le réseau 'Vengeance'. (Suite à des arrestations comme dans tous les réseaux, je crois avoir retenu que Georges Wilkinson, puis Jean-Louis Pagon -Colonna- leur succédèrent mais vous référer à des sites serait plus sûr.

Sur le site en ligne du Musée de la Résistance, on lit que Jean Joudiou, né le 22 février 1921 à Ladon, est à partir de 1941 instituteur à Châteauneuf-sur-Loire. En 1941 (ou 1942), il prend la direction des camps de jeunes des Châtelliers.

C'est donc un autre point commun à tous ces résistants que d'avoir encadré des groupes de jeunes : école, camp ou chantier de jeunesse, association sportive.

Un secrétaire de mairie et un lieutenant de réserve, tous deux membres d'une même association, peut être la raison qui amena Claude Lerude à les faire recruter pour organiser le Corps-Franc de Gien.

Ourson

Messages : 13
Points : 15
Date d'inscription : 12/01/2019

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Résistance dans le secteur de Gien

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum