laisser un message

Agrandir le chat .

18 juin 1940 - SAINT GONDON échappe à la destruction

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

18 juin 1940 - SAINT GONDON échappe à la destruction

Message par Invité le Lun 18 Oct - 3:04

18 juin 1940 - St-Gondon a échappé à la destruction.

Tous les espoirs du 44e Corps d’Armée allemande, le seul corps à ne pas avoir de tête de pont sur la Loire, reposent donc sur l’action que doit entreprendre le colonel Sinzinger dans le courant de l’après-midi du 18 juin.

Celui-ci a l’intention de franchir la Loire entre Arcole et Nevoy sur la rive opposée face à Saint-Gondon, secteur tenu par le 239e D.L.I du général Dunoyer.
Elle se compose du 2e RI tchèque à la Ronce, et plus à l’est, du 59e RI à Saint-Gondon et du 138e RI à l'ouest de Poilly-lez-Gien. Toutes ces unités ont débarqué en gare de Gien le 16 juin entre 15 et 20 heures.

Une mitrailleuse Hotchkiss est installée dans un vaste trou, en bas du chemin de la ferme, la Chassenaudière, une batterie antiaérienne sur le Clou, une autre au début du Chemin des Plantes. Elles ont été mises en place de nuit et ont organisé sommairement leurs positions au cours du 17 juin.

Mais tous les emplacements ont été repérés et photographiés par l’escadrille 4(H)12. Et le colonel Sinzinger les a donnés comme objectifs à son artillerie.

A 13h30, celui-ci donne ses ordres pour l’opération de franchissement dont il fixe l’heure « H » à 16h00. Selon le plan d’attaque, le franchissement sera précédé d’une intense préparation d’artillerie sur les positions de Saint-Gondon.
La rive sud de la Loire sera battue par le tir des armes lourdes de l’infanterie: canons de 20 mm et de 37 mm antichars, mitrailleuses de 10 mm, mortiers de 81 mm.
Puis l’infanterie traversera le fleuve en 4 vagues de 120 hommes chacune, espacées de 15 minutes pour permettre le retour des radeaux pneumatiques.

Premier objectif : la cote 134 au Nord-Ouest de Saint-Gondon. Ensuite l’opération sera alimentée avec de nouvelles troupes par le général commandant la 83e Division d’Infanterie, et se développera comme prévu.

Le général Von Reichenau, commandant la VIe armée voit déjà beaucoup plus loin, et c’est normal!
Par ordre n° 14 du 18 juin à 8 h 00, il a donné ses instructions à ses 3 commandants de corps.

« Par ordre du Führer, la poursuite de l’adversaire en déroute doit être entreprise immédiatement, et avec la totalité des moyens. »

A 15h58, très exactement, un déluge de fer et de feu s’abat sur Saint-Gondon, le château de l’Ormet est touché ainsi qu’une scierie. Le colonel Sinzinger a eu un sourire de satisfaction en consultant sa montre. Il donne ordre de porter son Poste de Commandement à hauteur de la Route Nationale 152, à la côte 151. Dans moins de 2 heures, il sera à Saint-Gondon, et ses cyclistes à Argent-sur-Sauldre.

Mais un grain de sable vient de faire gripper cette mécanique bien réglée. Une unité coloniale commandée par "d’irréductibles officiers" – comme le déclarera le lendemain le Général Von Reichenau - prend les Allemands sous son feu.

Qui sont-ils... ? Nous le saurons peut être un jour... Mais rien ne permet aujourd’hui de les identifier. Ils se trouvaient là, isolés sans ordre supérieur. Ils ont agi de leur propre initiative.

En tout cas l'attaque allemande est brisée, le 44e Corps d'Armée ne put franchir la Loire ce 18 juin 1940 comme prévu ! Et le détachement Sinzinger qui devait atteindre la Sauldre est employé à nettoyer les bois Béhague.

Le franchissement eut lieu le mercredi 19 juin 1940

Au même moment, à Londres, un Général Français fait appel aux forces de notre empire et du monde, et prédit la victoire finale.

Par la suite, il fut déclaré en mairie 40 points d'impacts dans le bourg.

http://saintgondon.free.fr/p3g2.htm


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum