laisser un message

Agrandir le chat .

Bombardements 1940-1944 du camp de Pruniers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Bombardements 1940-1944 du camp de Pruniers

Message par Invité le Lun 18 Oct - 2:17


Bombardements 1940-1944

Extrait du bulletin spécial "Romorantin sous l'occupation"de la Société d'Art, d'Histoire et d'Archéologie de Sologne
14, rue de la Résistance 41200 Romorantin Tel : 02 54 76 22 06

Bombardement du camp de Pruniers, 25 mai 1940

Monsieur Roland Auger relate dans son livre "Journal de guerre d'un non combattant" (éditions Le Clairmirouère du temps, 1992) le bombardement du camp de Pruniers le 25 mai 1940 vers 16h par 18 bombardiers allemands. Des Stukas auraient causé des dégats très importants aux hangars et installations. 152 bombes furent lâchées et huit soldats français, servants à la D.C.A. furent tués. Le soir même, un bombardier allemand revint larguer huit bombes sur la base. Ces destructions expliquent à elles-seules les pesantes réquisitions allemandes d'ouvriers du bâtiment en juillet 1940.



Bombardiers allemands et Stukas

Bombardement du camp de Pruniers le 15 juin 1940

Monsieur Roland Auger précise dans son livre, "Journal de guerre d'un non combattant" (éditions Le Clairmirouère du temps, 1992), que 17 bombardiers ont encore occasionné des dégâts importants aux installations de la base vers 13h. Il n'y eut pas de victimes. L'effet de surprise n'a pas joué comme la première fois car une partie du matériel avait été évacuée. La D.C.A. avait reçu du renfort et des chasseurs de la base, une patrouille polonaise équipée de Morannes 406 avait eu le temps de prendre l'air. Quatre appareils ennemis furent abattus, un par la D.C.A. et trois par la chasse. Les journaux locaux ne paraissant plus, nous n'avons aucun autre témoignage sur ces deux bombardements du camp de Pruniers. Or, un document retrouvé dans les archives municipales ne concorde pas avec les souvenirs de Roland Auger. Sur une liste de ictimes militaires inhumées à Romorantin, figurent la date et le lieu de décès. Le 5 juin 1940, 12 militaires seraient décédés à Pruniers : Melchior Chorlet, Roger Fourrier, Jacques Guyon, André Jacob, Emile Kempf, Roger Mardon, André Mikkes, Bernard Moisan, Anatole Negrerie, Jean Perales, Robert Poux et Joseph Rudo. Deux autres le lendemain : Albert Bauzon et René Dalhem.


Moranne 406 polonais

Bombardement du camp de Pruniers le 10 avril 1944

Pendant l'alerte déclenchée de 9h55 à 11h05, le camp de Pruniers a été successivement mitraillé et bombardé par des appareils d'origine anglaise. Chasseurs et bombardiers, en très grand nombre, sont passés au-dessus de Romorantin (source : archives départementales du Loir-et-Cher).
Le 11 avril 1944, le maire de Romorantin adresse un rapport au préfet : "Le camp de Pruniers a été touché par des bombes incendiaires et explosives lancées par une formation d'une cinquantaine d'appareils à deux reprises. Sur la demande des autorités allemandes, les sapeurs pompiers de Romorantin se sont transportés au camp de Pruniers afin de prêter leur concours au service de secours. Le second bombardement s'étant produit alors que les pompiers se trouvaient sur place, je me suis rendu moi-même sur les lieux. J'ai pu constater ainsi la bravoure et le sang froid de nos jeunes et vaillants sapeurs qui, sous les ordres du capitaine Cuisinier et du lieutenant Huet, ont eu une conduite exemplaire. Nous n'avons pas à déplorer de victimes civiles, même parmi les ouvriers des entrprises travaillant pour l'autorité allemande. Les réservoirs à alcools se trouvant sur le territoire de la commune de Gièvres ont été incendiés."
Le 9 avril 1944, le préfet adresse ses félicitations pour bravoure et sang froid aux sapeurs pompiers sous les ordres de Cuisinier et Huet. Le 20 avril 1944, la Feldkommandantur de Blois exprime sa reconnaissance pour l'intervention énergique et courageuse des sapeurs-pompiers qui a pris une part active aux travaux d'extinction de l'incendie au moment du bombardement.

Bombardement du camp de Pruniers le 30 avril 1944

Vers 12h15, (source : archives départementales du Loir-et-Cher), des avions de chasse ont survolé le camp de Pruniers. Des bombes ont été lancées. Le commissaire s'est rendu sur les lieux à la fin de l'alerte avec l'adjudant de gendarmerie. Sept bombes explosives ont été lancées sur le camp. Une bombe est tombée sur le bord de la route, à l'entrée du camp (baraquement à droite de l'entrée du camp), une autre est tombée à 550 m plus loin sur le milieu de la route de Romorantin à Selles. Tous les fils téléphoniques et électriques ont été coupés.

Bombardement du camp de Pruniers et du camp des Landes le 4 juin 1944

Le commissaire envoie un long rapport au sous-préfet, dès le lendemain, sur ce tragique bombardement (source : archives départementales du Loir-et-Cher) : "J'ai l'honneur de vous rendre compte qu'au cours de l'alerte qui a duré le 4 juin courant de 19h33 à 21h04, de nombreuses escadrilles d'avions anglo-américains ont survolé la ville de Romorantin et ont lancé des fusées. Quelques instants plus tard, un bombardement assez intense était perçu au sud-ouest de Romorantin dans la direction de Pruniers et du camp des Landes. Suivant vos instructions et dès la fin de l'alerte, nous nous sommes portés sur les lieux et avons constaté qu' à environ deux kilomètres de Villefranche, au bord de la route qui va de Villefranche à Selles, au lieu-dit Sainte Marthe, de nombreux points de chute ont été relevés. Une auberge située à droite de la route et tenue par M. Berthau Clotaire a été complètement détruite. Parmi les occupants, on compte quatorze morts (dix hommes, trois femmes et une jeune fille) et sept blessés. Une section de gardes mobiles cantonnés à Villefranche assure le déblaiement et le transport des morts. A proximité du camp des Landes, la route est coupée en deux endroits par des bombes de fort calibre sur une longueur d'environ dix mètres. Autour de ces points de chute, de nombreux incendies se sont déclarés dans les bois de sapins situés au bord de la route et prennent une dangereuse extension. Plus loin, toute la partie du camp est des Landes est en flammes. Cependant, le silo, le château d'eau et les hangars environnants ne sont presque pas touchés. Près de la gare de Pruniers, au lieu dit Les Quatre Roues, plusieurs bombes sont tombées creusant des entonnoirs sur la route. Un mort et trois blessés ont été transportés de cet endroit à l'hôpital de Romorantin. Le bourg de Pruniers n'a subi aucun dommage. Par contre, les hangars métalliques du camp de Pruniers ayant échappé à la destruction des derniers bombardements ont été entièrement détruits. Il est à remarquer que, tant à Pruniers qu'au camp des Landes, des bombes incendiaires et explosives ont été employées. On peut évaluer à quatre cent environ le nombre de points de chute. Aujourd'hui en fin de matinée, nous avons été avisés que les incendies des bois mentionnés plus haut ont été circonscrits à 5 heures.

La liste des morts s'établit ainsi :

Lieu-dit Sainte Marthe, Berthau Clotaire, Toyer Gaétan, Giraudin Marcel, Bertrand Louis, Dessiaume Anselme, Villain Abel, Gadea Gracia (sujet espagnol), Souriaux Abel, Berthau Clotilde née Sarton, Faisant Dupont, Mascet Charlotte née Mer, Madmemoiselle Mascet Pierrette.

Dans un bois de pins face au camp, le corps de Monsieur René Lachiesa a été retrouvé décapité.

Pruniers, lieu-dit Les Quatre roues, Monsieur Barboux Camille (père de dix enfants).

On compte en outre à Saint-Marthe sept blessés et trois à Pruniers. Au cours de la nuit du 4 au 5 juin, trois personnes hospitalisées à Romorantin ont succombé à leurs blessures, à savoir Madame veuve Berthau et Monsieur Blaise. Tous deux ont été blessés au bombardement de Sainte-Marthe. Madame Saulat, chef de gare à Pruniers, a été blessée au cours du bombardement.

http://pruniersensologne.free.fr/boum.htm

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Bombardements 1940-1944 du camp de Pruniers

Message par Invité le Mer 24 Nov - 21:52

http://pruniersensologne.chez.com/avia.htm

La guerre 39-40 à Pruniers

Cet épisode est parfaitement résumé dans "les Echos de la Sologne" du 4ème trimestre 1986 :
"En 1939, l'Entrepôt de l'Armée de l'Air 304 démontrait, de façon évidente, toute son importance et la nécessité qu'avaient, à contrario, les Nazis de bombarder le camp de Pruniers. Le 25 mai 1940, quelques jours avant l'armistice, 18 bombardiers allemands larguèrent, en quelques minutes, 152 bombes. Trois avions seulement, pilotés par des Polonais, les prirent en chasse. L'ensemble des installations fut gravement touché.
Le même soir, un bombardier revint et 8 bombes furent lâchées sur la périphérie du terrain. Une partie du matériel fut évacuée dans les bois et les fermes voisines, au Thivaults et au Rotay. Le 5 juin 1940, au début de l'après-midi, 17 bombardiers bombardèrent à nouveau l'établissement. Tois avions furent abattus. Deux par la chasse et un par la D.C.A.. Le 18 juin, l'Entrepôt fut évacué. Les différents matériels furent repliés à Borderez-sur-l'Echez, près de Tarbes, avant d'être dispersés."

L'occupation allemande

Le 19 juin, au petit matin, les Allemands entraient à Romorantin.
Le camp était désormais entre les mains de la Luftwaffe. Une partie du personnel licencié fut réembauché pour la remise en état de la piste et pour la construction d'abris pour les avions, au Sud du terrain.
Plus tard, de nombreux bombardiers se sont envolés de Pruniers pour l'Angleterre. Beaucoup n'en sont pas revenus.

La libération

Dans les jours qui précédèrent le débarquement en Normandie, l'aviation anglo-américaine bombarda le terrain. C'était le lundi de Pâques 1944. Tous les planeurs stockés dans un hangar furent détruits.
Le 4 juin 1944, en fin d'après-midi, une "forteresse volante" accompagnée de chasseurs effectua un bombardement à haute altitude. Les premières bombes tombèrent à 5 km au Sud du terrain et les dernières dans les faubourgs de Romorantin, mais aucune n'atteignit sa cible. On peut voir encore des impacts d'obus à la Sablière.
Les Allemands abandonnèrent le camp dans les derniers jours d'août 1944 et l'armée française le récupéra après la libération de Romorantin (le 2 septembre). Elle trouva l'entrepôt de l'Armée de l'air 304 entièrement détruit.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum