Derniers sujets
» Vidéo - ORLEANS 1939 à 1945
Jeu 3 Aoû - 23:03 par Fab

» Vidéo - Le maquis de LORRIS et la prise de l'école militaire à PARIS
Jeu 3 Aoû - 22:59 par Fab

» Nouvelle arrivée MARIE-MARTINE et la DAVCC
Mar 1 Aoû - 3:30 par Marie-Martine

» Recherche tombe de mon grand père mort à Sigloy le 18/06/1940
Ven 28 Juil - 2:54 par Fab

» présentation de DURAND
Ven 28 Juil - 2:48 par Fab

» Présentation Didier
Mer 26 Juil - 23:14 par Fab

» Présentation steeven
Jeu 22 Juin - 20:23 par Fab

» Présentation de CGOUACHE
Jeu 22 Juin - 20:16 par cgouache

» Presentation DA SILVA
Lun 29 Mai - 18:35 par DA SILVA

» GIEN : Récit et photos de la Bataille de Gien - 15 au 19 Juin 1940
Ven 26 Mai - 1:58 par Fab

» Gien et Orléans en 1940
Mer 24 Mai - 0:22 par Fab

» Gien, de 1940 à aujourd'hui
Mer 24 Mai - 0:15 par Fab

Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée


Château de Solterre : François Meert, résistant du Loiret injustement calomnié

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Château de Solterre : François Meert, résistant du Loiret injustement calomnié

Message par Fab le Mer 4 Nov - 6:38

article paru dans la République du Centre du 24/10/2015


Marie-José Vallot-Meert et son mari, Jean-Pierre

Cette page marquante de la Résistance dans le Loiret a permis à Marie-José Vallot de réhabiliter la mémoire de son aïeul, après une enquête fouillée.

28 août 2008. Un gong retentit. Celui qui lance le combat pour la vérité de Marie-José Vallot, petite fille de François Meert, le fermier du château de Solterre. Son sang ne fait qu'un tour en lisant, dans les colonnes d'un journal local, un courrier anonyme remettant en question le parcours de son grand-père dans la Résistance. 58 ans après la réhabilitation officielle, la rumeur fait son retour.

« J'ai été prise d'un doute »
« J'ai eu envie de répondre, mais j'ai été prise d'un doute. Et si finalement la rumeur était vraie ? Est-ce que tout ce qu'on m'avait raconté depuis mon enfance sur mon grand-père était un mensonge ? Il fallait que je sache », analyse aujourd'hui Marie-Josée Vallot.

Celle qui ne loupe jamais une cérémonie au Carrefour de la Résistance décide, avec l'aide de son mari Jean-Pierre, d'entamer des recherches. Un travail d'enquête qui va, entre autres, les mener aux archives nationales du ministère de la Défense, dans les méandres de l'affaire du Château de Solterre.

François Meert est l'un des protagonistes de l'épisode le plus romanesque, tragique mais aussi complexe de la Résistance dans le Loiret. C'est au château de Solterre que le maquis de Lorris a décidé, le 7 août 1944, de piéger le colonel Uckermann, qui commande les forces d'occupation de la région. François Meert, agriculteur arrivé de Belgique en 1928, résistant depuis 1942, est l'exploitant de ce domaine devenu un point de parachutages d'armes et abrite de nombreux réfractaires au STO. Par un enchaînement de faits troublants, l'embuscade échouera, plusieurs jeunes commis de ferme seront tués et François Meert, en fuite, finira assassiné un mois plus tard. C'est la version devenue officielle.

Un travail de fourmi
Mais la rumeur est tenace. François Meert, étranger, paysan visionnaire, doit probablement les ragots à sa réussite fulgurante et à l'apparition à la ferme, quelques semaines auparavant, d'un personnage aussi trouble qu'hors du commun : Annick Boucher. Séductrice insatiable, manipulatrice, belle à damner un saint, celle qui se jurait résistante s'était attirée les faveurs des nazis.

C'est un travail de fourmi qui aura permis au couple Vallot de rétablir une vérité plus conforme avec le déroulement des événements et le rôle de chacun. En recoupant les documents (extraits de procès du tribunal militaire, courriers, témoignages de survivants, coupures de presse, écrits d'historiens), qu'ils vont, pièce par pièce, monter un épais dossier à décharge.

L'ancien résistant va trouver en cette petite fille qu'il n'a pas connu sa meilleure avocate. Dans un recueil d'une soixantaine de pages, les Vallot décident d'écrire l'histoire qu'on a tant de fois essayé de voler.

Le 27 novembre 2008 vient pour Marie-Josée l'heure d'apporter sa réponse, cinglante, dans les mêmes colonnes ouvertes trois mois plutôt au diffamant courrier. « Ces faits ont été écrits sans haine et sans volonté de vengeance, mais uniquement dans le but de relater la réalité de ces tragiques événements », écrit-elle, alors. « Si mon grand-père n'avait pas été un honnête citoyen, ne serait-il pas intervenu pour faire libérer mon père ( son fils André Meert), avant sa déportation ? »

Ultime victoire : une plaque en la mémoire de François Meert est apposée sur le mur du château le 7 août 2009, 55 ans jour pour jour après les faits


Jean-Baptiste Dos Ramos
jean-Baptiste.dosramos@centrefrance.com

source : http://www.larep.fr/loiret/actualite/pays/gatinais/2015/10/24/c-est-l-histoire-de-francois-meert-resistant-du-loiret-injustement-calomnie_11636707.html

_________________
Admin du site Loiret 39/45
Passionné d'Histoire Locale et de la Seconde Guerre Mondiale
Adore vivre dans le Loiret
avatar
Fab
Admin

Messages : 1186
Points : 2608
Date d'inscription : 25/08/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://loiret3945.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum